Un convoyeur de fonds disparaît, trois millions d'euros dérobés dans son fourgon

Un convoyeur de fonds disparaît, trois millions d'euros dérobés dans son fourgon
Un convoyeur de fonds a disparu lundi matin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et son fourgon a été retrouvé vide de son chargementPhilippe HUGUEN
vol

Un convoyeur de fonds a disparu lundi matin à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) et son fourgon a été retrouvé vide de l'argent qu'il transportait, pour un préjudice de trois million d'euros, a-t-on appris de sources concordantes.

Vers 6H00, cet employé de la société Loomis, âgé de 28 ans, a déposé ses deux collègues près d'une agence Western Union à Aubervilliers, a précisé une source policière, confirmant une information du Parisien.

"Alors que les deux collègues pénétraient dans l'agence, lui est resté au volant. A leur retour, le fourgon et le chauffeur avaient disparu", a ajouté une source proche de l'enquête.

Le véhicule a été retrouvé à quelques rues de là, les "portes ouvertes", sans les "sacs qu'il contenait", ni le convoyeur, a ajouté l'une des sources policières. Les deux autres convoyeurs n'ont pas été blessés.

Estimé dans un premier temps à un million d'euros, le préjudice a été fixé à trois millions d'euros "après décompte", a précisé la source proche de l'enquête.

Le conducteur a-t-il pris la fuite avec l'argent ? A-t-il été braqué ? Lundi soir "aucune hypothèse n'était écartée", a dit cette source à l'AFP.

Le conducteur était connu au fichier du traitement des antécédents judiciaires (TAJ) pour "refus d'obtempérer" et "dégradations". Contactée par l'AFP, la société Loomis n'a pas donné suite. L'enquête a été confiée à la brigade de répression du banditisme (BRB).

En novembre 2009, un autre convoyeur de fonds, Toni Musulin, avait disparu à Lyon avec son fourgon transportant 11,5 millions d'euros. La majeure partie du butin, 9,1 millions d'euros, avaient été retrouvés dans un box qu'il avait loué. Condamné, il est sorti de prison en 2013. Les 2,5 millions manquants n'ont jamais été retrouvés.

Vos commentaires