En ce moment
 
 

Elle avait tué ses trois enfants à Jabbeke l'été dernier: la justice décide qu'elle sera internée puis relâchée

Elle avait tué ses trois enfants à Jabbeke l'été dernier: la justice décide qu'elle sera internée puis relâchée

La chambre du conseil de Bruges a décidé mercredi que Bieke W., 30 ans, ne devait pas être emprisonnée directement après son internement. Le parquet avait requis cette détention immédiate. La femme de Varsenare (Jabbeke, Flandre occidentale), qui avait tué ses trois enfants l'été dernier, reste donc dans l'hôpital psychiatrique dans lequel elle séjourne depuis sa libération en novembre.

Dans la nuit du 28 au 29 août 2018, la mère de famille avait volontairement foncé sur un pilier du pont surplombant l'autoroute E40 à Oostkamp. Elle avait survécu au choc et avait déclaré qu'elle avait fait du mal à ses enfants. A son domicile, les enquêteurs ont découvert les corps des trois victimes: une petite fille de quatre ans, un petit garçon de deux ans et un bambin âgé de moins de trois mois.

Les psychiatres désignés par la justice ont estimé que la femme souffrait d'une dépression post-natale et n'était pas responsable de ses actes au moment des faits. Début novembre, la trentenaire a été libérée sous conditions par la chambre des mises en accusation de Gand. Elle séjourne depuis dans un hôpital psychiatrique. Son internement a été ordonné mercredi matin.Le parquet a ensuite demandé la détention immédiate de la femme. Le président de la chambre du conseil n'a pas suivi cette requête. "L'intéressée n'a pas l'intention d'arrêter son traitement", a-t-il souligné. En outre, elle suit les conditions de sa libération scrupuleusement. "Le risque de suicide ou de danger pour des tiers est quasiment inexistant."

L'avocat de Bieke W. s'est réjoui de cette décision, permettant à sa cliente de ne pas retourner en prison. Celle-ci "comparaîtra dans les trois mois devant la Chambre de protection sociale qui déterminera les modalités de son internement", a expliqué Me Philip Van den Berghe. "Le but est de travailler à sa réintégration dans la société mais elle sait que la Chambre va en déterminer le rythme. A terme, l'internement peut également s'opérer à domicile avec un accompagnement ambulatoire."Bieke W. n'était pas présente à l'audience mercredi car "elle en était incapable émotionnellement. La confrontation avec la famille est très lourde", a relevé son avocat.

Vos commentaires