En ce moment
 
 

Binche ne verra pas défiler les Gilles cette année, mais Fanny et Louis ont loué une trentaine de costumes: "On est peut-être dans le déni"

 
 

Les costumes de Gilles ne défileront pas dans les rues de Binche cette année. Cela fait plus de trente ans qu’à cette période l’année, Fanny et Louis les font essayer à ceux qui le porteront fièrement pour le carnaval. Aujourd’hui, la boutique est vide. C’est la catastrophe, malgré la solidarité de quelques uns qui ont tout de même décidé de louer leur costume.

Les métiers du carnaval (louageur, sabotier) seront à nouveau fortement impactés en 2021 par l'annulation de nombreux carnavals. C'est le cas de celui de Binche, dont l'annulation a été confirmée officiellement vendredi dernier. Près d'un millier de Gilles ne pourront revêtir leurs costume traditionnel et marteler avec leurs sabots les pavés binchois en février prochain. 

Dès l'annonce de l'annulation du carnaval, des signes de solidarité se sont manifestés. De nombreux Binchois ont décidé malgré tout de louer leur costume de Gille (ce qui coûte entre 130 et 170 euros).

Ce geste est fortement apprécié par Louis et Fanny Kersten, une famille bien connue à Binche qui est spécialisée depuis 35 ans dans la location des costumes de Gilles. Car pour eux, tout s'est arrêté en mars dernier, après le carnaval de Binche 2020 et les mois de novembre et de décembre sont traditionnellement dédiés aux prises des mesures pour les costumes de Gilles chez les louageurs.

"On est émus, gênés aussi"

Une trentaine de Binchois ont déjà confirmé qu'ils loueraient leur costume par solidarité. "On est émus, gênés aussi, c'est fort contradictoire, tous les sentiments qu'on éprouve pour le moment. On n'a pas encore, je pense, digéré le fait qu'il n'y aura pas de carnaval cette année. Le mardi gras à Binche... Et ailleurs... Je ne sais pas, c'est difficile... On est peut-être dans le déni", explique Fanny Kersten.. 

Les message de soutien des Binchois leur fait chaud au coeur. Certains comptent l'exposer devant la vitrine de leur maison.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce jeudi 26 novembre ?




 

Vos commentaires