En ce moment
 
 

À 2 jours de la rentrée, cette école d'Aiseau-Presles inondée en juillet attend toujours un photocopieuse de remplacement: "C'est un peu le stress"

 
 

Même si le retour à l'école, ce sera officiellement mercredi, aujourd'hui ça sent déjà la rentrée un peu partout. Ça s'active particulièrement dans les écoles qui ont été touchés par les inondations cet été. Il reste 48 heures pour que tout soit prêt.

À Aseau-Presles, pour que les classes soient prêtes mercredi, les enseignants se sont engagés dans une véritable course contre la montre. 

"D'habitude, on a les fournitures scolaires fin juin. Mais ici, les boîtes ont été noyées. Enfin, celles qui étaient en-dessous en tout cas. Et tout ce qui était cahiers, blocs de feuilles, tout ça a été noyé. Donc, on a seulement récupéré les nouvelles fournitures vendredi passé. Donc, on est en train de ranger", explique Martine Doyen, institutrice en 6e primaire. 

Le 15 juillet, l'eau et la boue ont envahi l'établissement qui accueille un peu moins de 300 enfants en maternelle et en primaire. Mais avant de pouvoir réaménager les locaux, il a fallu patienter.

"On a dû tout refaire, tout reconstruire. Les assurances n'ont pas forcément suivi directement donc on a perdu du temps. On a dû recommander les meubles, et voilà, c'est tout un processus qui prend du temps", note Charlotte Blomme, institutrice en 3-4e primaire. 

"On a dû jeter pas mal de meubles, pas mal de jeux aussi. Donc ici, pour cette classe-ci en tout cas, on a opté pour des armoires métalliques en se disant que si jamais il arrive encore les inondations, on peut peut-être sauver ces armoires-là"

Les dégâts se chiffrent à environ 10.000 euros pour l'ensemble de l'école. La plupart des objets endommagés ont fini dans un conteneur de quinze mètres cubes qui trône encore dans la cour. Dans un premier temps, les élèves ne pourront pas utiliser la bibliothèque.

"C'est le dernier lieu de stockage où on pouvait un peu entasser les derniers cartons des meubles qu'on a reçus ces dernières semaines. Il y a aussi la friteuse ici était normalement dans la cuisine qui a été également inondée", explique encore Charlotte Blomme.

Dernière inconnue : la photocopieuse endommagée mais pourtant indispensable pour la rentrée. "Celle-ci ne fonctionne plus, on est censé nous en amener une de dépannage mais on a toujours rien donc voilà, c'est un peu le petit stress de la rentrée", déclare enfin Caroline Arnould, institutrice en 3e et 4e primaire. 

Les enseignantes, bien qu'un peu plus stressés que d'habitude, sont confiants : tout sera prêt pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions. 


 




 

Vos commentaires