En ce moment
 
 

Arrêt de travail au TEC: "Aucun bus ne sort des dépôts à Charleroi", des travailleurs ne veulent pas de l'aide de compagnies privées

 
 

"Le dépôt Tec de Genson est bloqué par un bus tec en travers empêchant les autres bus...", s'étonne ce matin Élodie via notre bouton orange Alertez-nous. En effet, selon une information confirmée par Jean Verrachi, permanent CGSLB, "aucun bus ne sort des dépôts à Charleroi". Les travailleurs protestent contre le recours à des compagnies de bus privées pour renforcer l'offre des TEC, une mesure qui vise à éviter la surfréquentation des véhicules de la société de transport en commun. Une réunion du bureau de conciliation de la sous-commission paritaire a été demandée, indique dimanche la CGSLB dans un communiqué.

Ils dénoncent "un coup de canif dans la convention collective à respecter". Selon Jean Verrachi, c'est la liste des lignes dédoublées annoncées aux travailleurs hier qui "a mis le feu au poudre". Ils estiment que des bus de la compagnie sont disponibles et pourraient être utilisés pour palier à la surfréquentation sur certaines lignes, notamment une dizaine de bus restant au dépôt de Jumet.  

Le Comité de concertation a décidé jeudi dernier que la capacité des transports en commun en Belgique devait être "optimalisée" pour éviter la surfréquentation, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. En Wallonie, cette annonce se traduira notamment par la mise en service "progressive" de bus de compagnies privées pour renforcer l'offre des TEC aux heures de pointe "sur les principales lignes de fréquentation", avait expliqué le ministre-président Elio Di Rupo.

Pour la CGSLB, "il aurait été préférable d'octroyer des moyens supplémentaires à l'opérateur, qui a vu sa dotation réduite de 86 millions d'euros entre 2013 et 2018, afin qu'il puisse mieux répondre à la demande des usagers". "Les besoins en offre afin de transporter correctement les passagers en heure de pointe préexistaient à la crise du Covid et seront encore là après."

Le syndicat déplore également une décision prise "en urgence" et "sans concertation sociale préalable". Par ailleurs, "les délégués CGSLB se demandent comment cette idée de renfort peut se concrétiser d'une manière efficace sur le terrain".

Que va faire le comité de concertation ce vendredi?

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: où en est l'épidémie ce vendredi 13 novembre ?




 

Vos commentaires