En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique - Comité de concertation: les règles en vigueur restent d'application

 
CORONAVIRUS
 

C'est presque devenu une tradition de la deuxième ère du coronavirus. Le comité de concertation qui réunit autorités fédérales et régionales s'est rassemblé ce vendredi à 14H. La principale information est tout simplement que rien ne change: les règles encadrant le reconfinement restent d'application.

Un comité de concertation s'est tenu ce vendredi dès 14h par vidéoconférence pour discuter de la gestion du coronavirus dans notre pays. La réunion s'est terminée peu avant 16H. Le Premier ministre nous a transmis un compte rendu par communiqué.

"Le gouvernement fédéral et les exécutifs des entités fédérées ont discuté aujourd’hui en Comité de concertation de la situation épidémiologique. Malgré de légères améliorations, la situation reste particulièrement grave et le Comité de concertation a décidé de maintenir les règles en vigueur", précise Alexander De Croo par communiqué. "Le Comité de concertation a constaté que notre pays se trouve toujours en situation d’urgence sanitaire. Si le nombre de contaminations est en légère baisse, le virus demeure largement répandu, affichant une incidence cumulée en 14 jours de 1.232 contaminations confirmées par 100.000 habitants par jour (chiffres du 12 novembre)".

Le communiqué précise que la situation dans les hôpitaux est contrastée. "Alors que le nombre de nouvelles hospitalisations recule légèrement comme le nombre total de patients hospitalisés, le nombre de patients COVID aux soins intensifs se situe sur un plateau depuis la semaine dernière", indique le document.

Le Premier ministre rappelle que le nombre de décès dus au COVID-19 augmente toujours avec une moyenne de 200 décès par jour la semaine dernière. "Les extrapolations de l’incidence et des hospitalisations indiquent que dans les deux semaines à venir, toutes les provinces se trouveront toujours en phase 4 d’alerte COVID. Compte tenu de la réouverture des écoles ce lundi 16 novembre, une extrême prudence reste de mise et le Comité de concertation a décidé de maintenir les mesures en vigueur actuellement", conclut le communiqué.

Le prochain Comité de concertation est fixé au vendredi 27 novembre.

Stratégie de dépistage: vers des tests généralisés

Le communiqué du Premier ministre ne dit rien sur la stratégie de dépistage. Depuis le 19 octobre, en raison de la saturation des laboratoires, les personnes asymptomatiques n’étaient plus testées. Près d’un mois plus tard, cet arriéré est résorbé, dans les labos, et les résultats des tests arrivent en général en moins de 24h. Ce vendredi, rien n'a été communiqué sur ce sujet, ni augmentation des capacités de test, ni élargissement des populations cibles.

Selon nos informations, la stratégie de test a pourtant été largement abordée durant le comité de concertation. Résultat: l'objectif est de revenir progressivement à la politique de tests généralisés qui était d'application avant le 19 octobre, avant la saturation des laboratoires.

Les ministres de la Santé se réunissent ce samedi matin par vidéoconférence. Ils devront déterminer à quels groupes de la population les tests seront d'abord élargis. Ils devront également préciser quels tests s'appliquent dans quelles conditions (tests salivaires, antigéniques, PCR, etc.).

Baromètre corona et respect des mesures dans les magasins?

Autre sujet non abordé dans le communiqué: le baromètre corona. Il est objet de tension entre les niveaux de pouvoir. Cette semaine, le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre de la santé Frank Vandenbroucke ont laissé entendre que l’idée était abandonnée. Le ministre-président de la fédération Wallonie-bruxelles, Pierre-Yves Jeholet a déploré hier cet enterrement décidé de façon unilatérale, et plaide pour que les secteurs fermés puissent avoir un outil et des perspectives claires, lorsqu’il sera question de déconfiner. Ce vendredi, nous n'avons pas de réponse à ce sujet.

Dernier élément: les possibles incohérences ou non-respect des mesures dans les magasins. Ces derniers jours, plusieurs incohérences ont également été dénoncées par les fédérations professionnelles, sur les mesures appliquées au commerce non-alimentaire. Incohérences ou non-respect, dénoncé notamment dans nos journaux RTLINFO hier. Mais la ministre de l’intérieur Annelies Verlinden ne semble pas prête à revoir son arrêté ministériel. Le comité de concertation n'a rien dit à ce propos.

 




 

Vos commentaires