En ce moment
 
 

80.000 poules pondeuses risquent l'abattoir: vous pouvez les sauver

80.000 poules pondeuses risquent l'abattoir: vous pouvez les sauver
Image de l'association L214, qui dénonce entre autre les élevages de poules en batteries
 
 

À Hannut, des milliers de poules sont à sauver de la mort, grâce à l'initiative d'une ASBL qui espère un maximum de mobilisation citoyenne d'ici le 6 novembre, date fatidique.

Dans moins de trois semaines, 80.000 poules pondeuses d'un élevage en batterie hannutois seront envoyées à l'abattoir. Mais un accord a été trouvé avec l'exploitante de l'élevage industriel, qui a promis de laisser quelques jours à des bénévoles pour venir récupérer les volatiles et trouver des acquéreurs.

C'est le combat dans lequel s'est lancé l'ASBL SEA (Suppression des Expériences sur l'Animal), qui espère sauver au moins 1/10e de l'élevage, soit 8.000 poules. Elle propose à qui voudrait adopter un volatile de venir en chercher.

Une course contre-la-montre est engagée jusqu'au 6 novembre, date de l'abattage. Solange Tkint, militante pour le bien-être animal l'a confié ce matin sur Bel RTL. "On a déjà réussi à placer environ 800 poules sur les 80.000. Donc, on continue, c'est vraiment un compte à rebours. On essaye que les gens nous contactent pour sortir un maximum de poules", a-t-elle expliqué au micro d'Antoine Peret.


2,50 euros pour une poule

"Elles sont à 2,50 euros la poule, c'est le prix du fermier. Les gens peuvent venir sur place avec des paniers, avec des boites en carton bien aérées pour venir prendre les poules qu'ils ont commandées", ajoute encore la militante pour le bien-être animal.

Généralement, des poules pondeuses ne restent qu'un an dans un élevage en batterie avant d'être envoyées à l'abattoir parce qu'elles ne pondent plus correctement. Ici, si vous en récupérez, vous aurez encore des œufs…

"Elles pondent, oui. Elles vont peut-être être un peu plus calmes durant quelques jours parce qu'elles seront peut-être un peu perturbée par le voyage, mais elles pondent encore très bien, comme une poule normale", assure Solande Tkint.

Les poules de batterie, qui n'ont jamais vu la lumière du jour et jamais bougé à l'air libre, se remettent très bien et rapidement une fois recueillies et disposant d'espace extérieur. En quelques mois, au niveau physique comme comportemental, il devient impossible de distinguer un poule sauvée d'une poule "normale".

Pour plus de renseignements sur les modalités d'adoption, rendez-vous sur la page Facebook de l'ASBL SEA


Exemples de la réalité des poules en batteries, dénoncé par l'ASBL française L214, qui a pu tourner dans ces élevages industriels en caméra cachée:
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'youtube' pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'youtube' pour afficher ce contenu.




 

Vos commentaires