Bassenge: l'effrayante tour d'Eben-Ezer, oeuvre d'un tailleur de pierre aux visions d'apocalypse, bientôt classée?

Bassenge: l'effrayante tour d'Eben-Ezer, oeuvre d'un tailleur de pierre aux visions d'apocalypse, bientôt classée?

Le ministre wallon du Patrimoine, René Collin, a demandé à l'Agence wallonne du Patrimoine (AWaP) de procéder à l'ouverture d'une enquête en vue du classement éventuel au patrimoine de Wallonie de la tour d'Eben-Ezer à Ében-Émael (Bassenge, Basse-Meuse), en région liégeoise, a-t-on annoncé mardi au cabinet du ministre Collin.

La demande de classement émane de l'ASBL Musée du Silex, qui gère le site. Elle se justifie d'autant plus qu'aucune construction similaire ne peut être identifiée en Wallonie et même hors de nos frontières. "Cette authenticité se traduit par le terme unicum", souligne-t-on au cabinet du ministre Collin.

En raison de son architecture qualifiée de "naïve" ou de "spontanée", la tour d'Eben-Ezer bénéficie d'une certaine renommée au-delà des frontières belges. Elle a été érigée dans les années 1960, au milieu d'un site isolé dominant la vallée du Geer, en gros moellons de silex provenant de la carrière toute proche.

"Trente ans ont été nécessaires au tailleur de pierre Robert Garcet pour terminer cet édifice achevé en 1965. L'ouvrage de plan carré, haut de près de trente mètres, s'élève sur six niveaux". La tour a, en outre, la particularité d'être constituée, au sommet de ses tourelles, de quatre sculptures géantes d'animaux volants représentant les chérubins de l'Apocalypse (le sphinx, le taureau, l'aigle et le lion).

"La valeur de cette tour réside avant tout dans son empreinte insolite ainsi que dans l'expression émotionnelle et symbolique qu'elle dégage", souligne le ministre Collin.

À l'intérieur, une exposition retrace l'histoire de la construction de la tour et de l'action pacifiste de Robert Garcet. Un espace didactique interactif, nommé "Geospadium", entraîne le visiteur dans l'univers du Crétacé (dernière période de l'ère secondaire caractérisée par le développement des formations crayeuses), permet de découvrir les silex à leur formation et leurs utilisations au cours de l'histoire de l'humanité ainsi que les fossiles, la faune, la flore...

Revoir le document d'archive ci-dessous, sur la visite de la tour dans le "Journal des vacances" du 17 juillet 1990 sur RTL-TVI : "Visite de l'effrayante tour d'Eben-Ezer qui suscite des visions d'apocalypse et renferme le musée du silex". Un reportage de Charles Neuforge, Dominique Sokolowski et Charlotte Prignot.

Vos commentaires