En ce moment
 

Ils avaient détruit des nids d'hirondelles au Château d'Harzé car leurs excréments dérangeaient: ils ont été condamnés

L'ASBL Association de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée, responsable du château de Harzé (province de Liège), a été condamnée en juin dernier à une amende de plusieurs milliers d'euros pour des destructions de nids d'hirondelle, se félicite la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux, à l'origine de la plainte.


Le personnel du lieu a été sensibilisé

La destruction des nids sur la façade du château de Harzé remonte à juin 2017. C'est un employé du domaine, qui accueille de nombreux événements, qui en avait pris l'initiative en raison des nuisances causées par les déjections des oiseaux, rappelle la Ligue. Peu après, les faits, une réunion avait rassemblé la commune d'Aywaille, la direction du château de Harzé et des associations de défense de la nature. Dans la foulée, le personnel du lieu a été sensibilisé, des planches en bois ont été posées sous les nids afin d'éviter les nuisances et des bacs à boue ont été installés afin de permettre aux oiseaux de reconstruire leur nid.


2.400 euros d'amende ferme et 9.600 euros avec un sursis de trois ans

La Ligue avait néanmoins déposé une plainte à l'encontre de l'association gestionnaire du bâtiment. Celle-ci a débouché, en juin dernier, sur une condamnation par le tribunal correctionnel de Huy. Outre une indemnisation pour le dommage moral causé à la nature, l'ASBL de gestion des domaines touristiques du vallon de la Lembrée a écopé, pour la destruction de 24 nids, de 2.400 euros d'amende ferme et de 9.600 euros avec un sursis de trois ans. La Ligue, qui dit avoir encore déploré la destruction d'une quinzaine de nids d'hirondelles sur la façade de l'hôtel de ville de Verviers ainsi que sur celle d'un café à Lambermont, "espère que cette condamnation servira d'exemple dissuasif et donnera le signal de sanctions plus lourdes contre les atteintes à la faune sauvage". "Il est sidérant de constater que les acteurs de ces destructions tantôt ignorent, tantôt dédaignent le déclin désastreux des populations d'hirondelles", conclut l'association de protection des oiseaux

Vos commentaires