La police des autoroutes d'Awans tombe sur 500 kg de viande dans des sacs de sport et des valises dans une camionnette

Histoire incroyable en région liégeoise, la police de la route d'Awans a intercepté samedi une camionnette roumaine qui semblait en surcharge. Et pour cause, puisqu'elle transportait pas moins de 500 kilos de viande dissimulés dans des sacs de sport et des valises. La police a, logiquement, contacté l'AFSCA, mais l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, a choisi, dans un premier temps, de ne pas intervenir.

La police des autoroutes d'Awans a fait une drôle de découverte samedi matin : une camionnette avec, à bord, des ressortissants roumains, mais surtout de la viande, 500kg au total. Le véhicule était tellement lourd qu'il roulait sur ses essieux, c'est ce qui a attiré l'attention, des forces de l'ordre. Quand ils ont inspecté le véhicule rouillé et immatriculé en Roumanie, les policiers ont découvert 500 kilos de viande dans des sacs de sport, des valises et des sacs en plastique jetés en vrac, sans aucun système de réfrigération. "Tous les sacs contenaient de la viande non emballée, non étiquetée, de la viande comme ça, à même les sacs plastique, à même les sacs de sport", a indiqué  le commissaire Jean-Noël Martel, chef de service adjoint de la police fédérale de la route de Liège, au micro de Julien Modave pour le RTLinfo 19H.


Le conducteur et ses deux passagers laissés en liberté

On ne sait pas encore quelle était la destination de la viande. Le conducteur et ses deux passagers, tous Roumains, ne parlent que dans leur langue et semblent ne pas comprendre le français. Ils ont pour l'instant, été laissés en liberté. "Pour le moment, ils n’expliquent rien, ils ne s’expriment qu’en roumain et demain ils seront entendus avec un interprète. La viande est donc saisie et elle sera détruite après enquête via le clos d’équarrissage. Après, ils seront entendus et le parquet prendra les mesures qu’il estime idoines", a précisé le commissaire.


L'Afsca refuse de se déplacer

L'enquête va donc continuer, mais autre surprise dans cette affaire, suite à cette découverte, l'Afsca, l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, a refusé de se déplacer. Elle estimait que la quantité de viande est insuffisante pour conclure à une fraude et qu'il s'agisait d'un cas de consommation personnelle. "Il s’agissait à ce moment-là de 200 kg de viande et pas de 500 kg, ce n’était pas du tout de cette quantité-là dont il était question. Ce n’était, en tout cas, pas destiné à la vente. La déclaration des personnes, c’était que c’était pour consommation personnelle", a expliqué Kathy Brison, porte-parole de l’Afsca.


La viande était-elle destinée au marché belge?

Sous la pression, de nombreuses questions, l’agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire contrôlait à 19h le contenu de la camionnette. Mais comment expliquer qu’après le scandale Veviba, l’Afsca n’ait pas jugé utile de ses rendre sur place immédiatement ? Quelle est l’origine de la viande ? Était-elle destinée au marché belge ou étranger ? L’enquête devra faire toute la lumière.

Vos commentaires