Licencié pour viol sur l'une de ses patientes, un médecin urgentiste récidive dans un autre hôpital

Licencié pour viol sur l'une de ses patientes, un médecin urgentiste récidive dans un autre hôpital
Image d'illustration

Six mois après les premiers faits dont il est accusé, le praticien s'en serait, à nouveau, pris à l'une de ses patientes dans un autre établissement hospitalier.

En septembre 2017, une jeune femme se rend au service d'urgence dans un hôpital de Bruxelles, comme le rapporte une enquête de La Libre Belgique. Après avoir consommé une boisson dans un bar de la capitale, elle se sent mal. Sa sœur la conduit donc aux urgences afin qu'on lui prodigue les soins nécessaires. Une fois sur place, un médecin urgentiste examine la jeune femme, seule dans une salle de consultation.

Peu de temps après, elle en sort apeurée. Selon ses dires, le praticien aurait abusé d'elle. La police est contactée, l'urgentiste placé en garde à vue avant d'être licencié pour faute grave. D'autant que des faits similaires auraient déjà été rapportés quelques jours auparavant.


Une récidive six mois après 

Une instruction est en cours mais l'enquête a récemment été relancée comme l'expliquent nos confrères de la Libre Belgique. Après avoir été engagé dans un hôpital de la province de Luxembourg, le médecin aurait récidivé.

Une plainte a été déposée par une patiente qui l'accuse, à son tour, d'attouchements. L'établissement hospitalier, qui s'est séparé du praticien, assure ne pas avoir été informé des faits dont il était précédemment accusé. L'urgentiste n'aurait pas non plus informé sa direction du fait qu'il ne pouvait ausculter seul des patientes. 

Vos commentaires