En ce moment
 

"La rentrée scolaire reportée au 15 janvier": la plateforme Enseignons.be surprend les élèves et les enseignants avec un canular

Vous êtes nombreux à nous avoir avoir signalé un message publié par la plateforme Enseignons.be sur sa page Facebook ce dimanche après-midi. 

"En raison d'une météo maussade qui n'a pas profité au repos du corps professoral, les syndicats ont obtenu que la rentrée soit reportée au lundi 15 janvier. Plus d'infos dans les JT du soir", a écrit la première plateforme d’échange de ressources pédagogiques en Wallonie. 

Un message à prendre sur le ton de l'humour mais qui a installé le doute chez certains élèves. "C’était évidemment un canular. Nous avons publié ce message pour faire rire les enseignants. Plutôt que de souhaiter une bonne rentrée, on a voulu faire passer un message ironique en jouant sur le temps maussade", a expliqué Jonathan Fischbach, le responsable de la plateforme Enseignons.be, contacté par nos soins. 

Après avoir posté le message sur Facebook, la plateforme a reçu une vingtaine d’appels et énormément de messages. "90% des messages ont été envoyés par des élèves qui se demandaient si les cours étaient vraiment annulés", raconte Jonathan Fischbach. "On les a alors fait réfléchir et en leur disant d’aller vérifier l’info en recoupant leurs sources. Durant l’année, on organise par ailleurs des cours et des animations sur les "fake news". On travaille ainsi avec des élèves pour décortiquer les infos sur les réseaux sociaux afin qu’ils puissent reconnaître les infos pertinentes."


"Est-ce que les gens sont crédules?"

Le responsable de la plateforme, réputée pour diffuser des informations "correctes à 99%" a donc voulu via ce message vérifier une question: "Est-ce que les gens sont crédules?".

"Et la réponse est oui. Je suis curieux de voir combien d’élèves iront ou pas aux cours ce lundi. On a voulu travailler la thématique de la désinformation via ce message. Je pense qu’à présent des sites comme Le Gorafi ou Nordpresse sont connus par le grand public pour publier des fausses informations. Pour d’autres sites ou pages Facebook, il faut parfois chercher. Il faut toujours remettre en question ce qu’on lit. Notre canular a été partagé plus de 2000 fois, preuve que les gens ont pu y croire", souligne-t-il. 

A noter que chaque année, 135.000 enseignants et étudiants visitent cette "salle des profs virtuelle" et téléchargent des ressources pédagogiques. 


Vos commentaires