En ce moment
 
 

A Tubize, 55 familles attendent désespérément la construction de leur maison: "A chaque fois, un problème différent"

 
 

55 familles se retrouvent "sans perspectives" au milieu d’un "litige inexplicable" à leurs yeux. En attente de pouvoir emménager dans leur nouveau logement à Tubize (Brabant wallon), les futurs habitants essayent de comprendre ce qui bloque entre la commune et le promoteur. Actuellement, la nouvelle rue a déjà été dessinée, mais le projet est à l'arrêt et les terres restent vides dans cette partie du projet du Tordoir.

Leur nouveau projet de vie est complètement à l'arrêt depuis plusieurs mois. Des dizaines de familles nous ont contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous faire part de leur dépit.

La résidence Champ du Tordoir à Tubize doit leur offrir une nouvelle vie, mais tout ne s'est pas passé comme prévu jusqu'à présent. 

Un projet de construction qui prévoit de créer plus de 300 nouveaux logements entourés d’espaces verts, aux abord de la chaussée de Mons (non loin du centre de la commune). 

Si certains logements ont déjà été construits, pour 55 familles, l'attente est "interminable". La phase 3 qui doit voir la pose des fondations a été mise sur pause en attendant que la commune et le promoteur puissent trouver un terrain d'entente. Sans informations, les futurs propriétaires sont très inquiets, d'autant que d'autres obstacles sont déjà intervenus depuis le début du projet. 

Tout a commence au début de l'année 2020. Les premiers lots ont été vendus et les options/offres d’achats ont été signées. Durant les premiers mois de l'année 2021, les premiers permis ont été introduits auprès du service urbanisme de la ville de Tubize. 

Après les premiers retards suite à des "problèmes administratifs", les familles ont décidé de former un collectif de contestation pour se faire entendre auprès de la commune et du promoteur. 

"En juillet, suite aux inondations à Tubize, le champ du Tordoir, qui n’est pas classé zone inondable a provoqué des coulées de boues et la commune a demandé le réexamen des équipements collectifs agissant sur la récupération d’eau de pluie ainsi que la régularisation du relief", raconte le collectif. 

"Il y a eu des inondations à Tubize alors que la ville a investi entre 3 et 4 millions pour les éviter dans le centre-ville qui a quand même été inondé. On s’est demandé si ce projet allait avoir un impact. Le promoteur et nous, avons fait des analyses qui ont montré que non, que ce n’était pas suite au développement du projet", ajoute Sabine Desmedt, la première échevine en charge de l'urbanisme. 

Depuis l'été, le dossier semble être au point mort, ce qui a le don d'énerver et d'attrister les futurs habitants.

"Les rues et voiries sont construites et ont même déjà les plaques des rues avec leurs noms. Tout semble prêt pour la construction des futures maisons. Nos familles sont prisonnières d’un litige non expliqué et non explicable. Il n’y a pas eu de problèmes avec la phase 1 et la phase 2, pourquoi la phase 3 devient si compliquée ?", s'interrogent ces familles.


 
 

Ce projet nous permettrait d’avoir des enfants 

Roxane et Maxime, un couple que nous avons rencontré sur le terrain de leur futur logement attendent "désespérément" que la situation se débloque pour pouvoir fonder une famille.

"Cela fait à peut près un an que certains acquéreurs attendent. On avait eu un gros coup de cœur pour ce nouveau quartier mais malheureusement, nous devons attendre", confie Roxane. "Nous avons signé le 24 octobre 2020 et nous avons déposé un acompte qui s’élève à plusieurs dizaines de milliers d’euros. C’est une somme conséquente et malheureusement, nous n’avons pas une bonne communication entre le promoteur et la commune qui sont en litige. C’est interpellant de se dire que l’attente est interminable et que nous n’avons toujours pas de permis de bâtir à l’horizon. Nous ne savons absolument pas combien de temps cela va prendre", regrette-t-elle.

De son côté, Maxime aimerait au moins "une date ou des perspectives, pour se lancer dans des projets de vie. Pour l’instant, nous sommes dans un petit appartement à Bruxelles qui ne nous permet pas forcément d’agrandir notre famille. Ce projet nous permettrait d’avoir des enfants et de vivre dans de meilleures conditions."


 

Roxane dit ne pas voir le bout du tunnel. "A chaque fois, il y a un nouveau problème", fustige-t-elle. "Il y a eu des soucis administratifs, puis on dit qu’il y a une analyse concernant les inondations, puis on nous invente une modification du relief. Nous aimerions avoir une réunion avec les différentes parties et obtenir un compte rendu de ce qui est dit. Nous n’avons jamais rien d’écrit qui nous revient en main propre. La communication ne se fait pas."

Certains futurs propriétaires s'attendaient à pouvoir intégrer leur nouveau logement au mois de juin 2022. Ils n'y croient plus.

Qu'est-ce qui bloque dans ce dossier? 

La premier échevine Sabine Desmedt indique qu'une modification du relief du sol doit être réalisée dans ce projet. La ville de Tubize attend une nouvelle demande de permis d'urbanisation qui n'a toujours pas été introduite.

"Ce qui bloque? En regardant le terrain le promoteur s’est rendu compte qu’il fallait faire une modification du relief du sol. Maintenant, nous voulons savoir quelle procédure utiliser pour pouvoir le modifier. Nous attendons un réponse du promoteur pour que la ville puisse prendre une décision en toute connaissance de cause. Nous attendons que nos avocats trouvent un arrangement pour pouvoir continuer de projet", explique-t-elle.

"Une fois que les dossiers sont rentrés à la Ville, il y a le code de développement territorial qui nous impose des délais. Dès que nous sommes en possession des dossiers, nous ne pouvons pas faire traîner un dossier d’urbanisme. Ce n'est pas dans notre intérêt. Nous avons rencontré le promoteur il y a quelques semaines et nous sommes en attente d’un contact entre nos avocats pour savoir quelle procédure on va utiliser pour pouvoir faire cette modification du relief du sol. Je n’ai pas de nouvelles quant à un éventuel échange entre avocats."

De son côté, le promoteur ne souhaite actuellement pas donner plus de précisions sur ce blocage dans ce dossier. Dans un communiqué, il affirme qu'actuellement, "les demandes de permis de bâtir pour la nouvelle phase du lotissement ne peuvent pas encore être déposées."

"Il s'agit d'une interprétation de la législation en vigueur, à savoir le CoDt, qui n'est pas concluante dans tous les domaines. Un avocat spécialisé travaille actuellement à une solution pratique."

Le Code du Développement territorial (CoDT) s'occupe pour rappel de fixer des balises en matière de politiques d’aménagement du territoire en Wallonie. Il détermine notamment les moyens d’actions dont dispose une commune pour développer son territoire ainsi que la procédure à suivre pour gérer les demandes de permis.

Pour le promoteur, "c'est une affaire à régler avec la commune. Pour la rapidité de la procédure, les futurs habitants ont également tout intérêt à ce qu’une solution soit trouvée rapidement. Cela n’est possible qu’en préservant la sérénité des discussions." 

En attendant, les 55 familles espèrent pouvoir prochainement disposer de nouvelles perspectives dans ce dossier.


 

Vos commentaires