En ce moment
 

La grève Ryanair gâche l'organisation de Dilara: "Toutes mes réservations sur place dépendent de mon vol d'arrivée"

Un vol Ryanair sur trois annulé à Charleroi et Bruxelles ces 25 et 26 juillets. 50.000 passagers concernés. La colère monte chez ceux qui avaient prévus un voyage avec la compagnie irlandaise.

Cela fait quelques mois déjà que Dilara prépare son voyage. Une escapade dans le sud de la France. Pour bénéficier des meilleurs prix, la jeune femme s'y était prise bien à temps. Date de départ: 25 juillet.

Du coup, c'est avec angoisse qu'elle a accueilli l'annonce du mouvement de grève annoncé au début du mois par la compagnie irlandaise. "Nous avons directement appelé Ryanair. Mais ils ont été rassurants et nous ont expliqué que l'on ne devait rien changé. Ils nous ont dit que vraiment dans le pire des cas, nous serions placés sur un autre vol." Rassurée, Dilara s'enregistre bien à l'avance et réserve son siège. Jusqu'à cette mauvaise nouvelle, ce mercredi. "J'ai reçu un courrier dans ma boite mail m'annonçant l'annulation de mon vol et la possibilité d'en réserver un autre ou de me faire rembourser."

Pas le choix, la jeune femme doit absolument se rendre à Montpellier. Elle tente donc de changer de vol. "J'ai essayé sur un premier, le moins cher à la date la plus proche de celle de mon départ initial, mais il était finalement complet. Il y a d'autres vols, mais bien plus tard. Ça ne m'arrange pas, je pars une semaine. En plus j'avais opté pour un vol à 35 euros car j'ai un petit budget. Et on me propose des vols presque 200 euros plus cher, pour lesquels je devrais payer la différence. C'est presque dix fois plus cher", déplore Dilara.

Une pratique non-règlementaire, à en croire la Denied Boarding Authority, l'organisme qui se charge de contrôler les pratiques du secteur aérien en Belgique. "Le réacheminement doit être offert sans frais supplémentaires au passager, même si les passagers sont réacheminés avec une autre compagnie aérienne ou un autre mode de transport ou dans une classe supérieure ou à un tarif supérieur à celui payé pour le service d'origine."



Julie Frère, Test-Achat: "Nous appelons les passagers concernés à réclamer l'indemnisation"

En matière d'annulation de vols, le règlement est clair. Si le vol est annulé moins de deux semaines avant le départ, la compagnie doit, en plus de la possibilité de remboursement ou d'échange de vol, verser une compensation. Une seule exception possible, d'après la Denied Boarding Authority: "Sauf circonstances extraordinaires qui n’auraient pas pu être évitées même si toutes les mesures raisonnables avaient été prise." La grève de la semaine prochaine ne rentre pas dans ces circonstances extraordinaires, explique Charlotte van den Branden de Reeth, la porte-parole de l'organisme de contrôle. "Une grève peut constituer une circonstance extraordinaire sur laquelle une compagnie aérienne s'appuie pour ne pas avoir à payer d'indemnisation. Il faut en fait regarder qui fait grève. S’il s’agit d’une grève d’un tiers (contrôleurs aériens, les bagagistes, les douanes ou les employés de l'aéroport), vous n'avez pas droit à un remboursement. Si c’est le propre personnel de la compagnie aérienne qui annonce son intention de faire grève, vous avez droit à un remboursement. Une grève du personnel de la compagnie aérienne ne peut constituer un motif de circonstance extraordinaire, car il appartient à la compagnie aérienne elle-même de tout faire pour maintenir son personnel « heureux ». Dans le cas qui nous occupe ici, cette grève des 25 et 26 ne constitue donc pas une circonstance extraordinaire."

Ryanair n'est pas de cet avis et le fait savoir. "Tous les clients concernés ont été contactés par e-mail et par SMS concernant leur vol et ont eu la possibilité de bénéficier d'un transfert gratuit sur le prochain vol disponible ou d'un remboursement complet. Les clients ne sont pas éligibles à l’indemnisation UE261 pour les annulations dues à des grèves syndicales, car il s’agit de " circonstances extraordinaires "complètement hors du contrôle de Ryanair."

Les voyageurs espèrent tout de même qu'ils pourront toucher cette fameuse compensation. Pour un vol de maximum 1500 kilomètres, comptez 250 euros d'indemnités. Pour réclamer ce dédommagement, il faut se rendre sur le site internet de Ryanair. "Nous conseillons a tous les passagers concernés d'entrer une demande d'indemnisation à la compagnie. Si Ryanair n'indemnise pas après six semaines, appelons les passagers à nous contacter. Nous allons constituer différents dossiers et peut-être envisager des actions judiciaires", explique Julie Frère, porte-parole de l'association de défense des consommateurs.

Si vous avez réclamé des indemnités à la compagnie mais que vous êtes sans réponse, l'autre possibilité c'est d'introduire une plainte auprès de la Denied Boarding Authority, via leur site internet.

Une série de droits et de démarche administrative qui n'emmèneront pas Dilara à Montpellier. "J'ai finalement opté pour le car. Je vais faire 22h de route. Mais c'était la seule solution pour ne pas rater ma correspondance en train sur place et pour ne pas devoir annuler tout ce qui était déjà réservé dans le sud de la France."

Vos commentaires