En ce moment
 
 

Un "nouveau type d'arnaque" tente de vous mêler à des réseaux pédopornographiques, prévient Martin: que risquez-vous?

Un
 
arnaque
 

On ne cesse de vous le répéter: les escrocs semblent plus actifs que jamais sur internet. En réalité, tous les moyens et les canaux de communications sont bons pour trouver des victimes, et ça ne chôme pas: appels téléphoniques, SMS, réseaux sociaux… tout y passe. Même les bons vieux emails sont de retour. Martin a contacté la rédaction de RTL info pour nous signaler "un nouveau type d'arnaque", joignant des copies d'écran de l'email qu'il a reçu.

"Direction Générale de la Police Internationale de Cyber-infiltation" (sic)

Ce message reçu au mois de mai, rédigé dans un français très approximatif, tente de faire croire à Martin qu'une "commissaire divisionnaire" a retrouvé ses données personnelles lors d'une "saisie informatique" liée à un réseau pédopornographique. Cette commissaire appartiendrait à la "Direction Générale de la Police Internationale de Cyber-infiltation". Oui, les escrocs ne se relisent jamais…

D'autres accusations sont portées à l'encontre de Martin, et même si elles semblent un peu confuses, on voit bien où les escrocs veulent en venir: "Vous avez commis les infractions après avoir été ciblé sur internet (site d'annonce), puis pendant des échanges sur messageries instantanées avec plusieurs mineurs, les photos dénudées de vous que vous avez envoyées aux mineurs ont été enregistrées et constituent les preuves".

Pour se justifier, Martin doit envoyer un email à office.inflitration@gmail.com (oui, même dans l'email, il y a une coquille).

Que risquez-vous ?

Pas grand-chose, à vrai dire. Ce type d'arnaque par email, associée à du phishing ou hameçonnage, utilise les recettes des vrais piratages via les sites pornographiques. En effet, il arrive que des personnes peu prudentes, surfant sur ce genre de site, acceptent l'installation de petits logiciels, qui peuvent prendre le contrôle de votre ordinateur (dont la webcam), puis prendre une photo de vous assez compromettante. Ensuite, les escrocs vous demandent de l'argent, vous menaçant d'envoyer la photo à tout le monde si vous n'obtempérez pas.

Dans le message reçu par Martin, il n'y a qu'une adresse email. Si vous tombez dans le panneau et que vous envoyez un message, par exemple pour demander des explications, il est probable que les escrocs tenteront de vous faire chanter: demandes d'argent, menaces en tout genre… Il suffit de ne pas y croire, de ne pas y répondre. 

Et le "nouveau type d'arnaque", qui ne l'est pas vraiment (ça existe depuis la naissance des emails, souvenez-vous de la fortune de Bill Gates), est réalisé de manière assez grossière dans le cas présent: nombreuses fautes de français, invention d'institution policière (il n'existe pas de Direction Générale de la Police Internationale de Cyber-infiltration), demande d'informations via une adresse Gmail…

Dites-vous bien qu'en cas de problème de ce genre, c'est plutôt une lettre de convocation de la justice que vous recevrez, et non un email…


 

 




 

Vos commentaires