Accueil Actu Belgique Société

La situation est de plus en plus tendue à Bruxelles: des émeutiers provoquent la police, qui répond à l'aide de gaz lacrymogènes

La situation est de plus en plus tendue à Bruxelles. Des tracteurs ont été repoussés par les auto-pompes en début d'après-midi. Jets de pétards, de feux d’artifice, et d'oeufs... la colère est très palpable. Le rond-point Schuman est complètement encerclé par les policiers, ce qui renforce la frustration des agriculteurs. Ceux-ci essayent d’avancer mais doivent faire face au déploiement policier extrêmement important. 
 

Quelques émeutiers ont affronté la police lundi matin lors de la manifestation des agriculteurs à Bruxelles. Une poignée d'entre eux ont lancé des petits poteaux et des bouteilles sur la police anti-émeute, avant que celle-ci ne fasse usage de gaz lacrymogènes. Plus loin, des agriculteurs avançaient avec des boîtes d'œufs sous le bras, a constaté un journaliste de Belga présent sur place.

Les manifestants ont allumé un nouveau feu composé de pneus, de paille et de mobilier urbain, dégageant une épaisse fumée noire, le long de la chaussée d'Etterbeek. Une fois de plus, la police anti-émeute a déployé un canon à eau pour tenter d'éteindre les flammes.

Des agriculteurs ont brisé un barrage policier

Des agriculteurs avaient réussi à forcer un barrage de police à Bruxelles lundi matin, situé au croisement de l'avenue d'Auderghem et de la rue Belliard, à l'aide de leurs tracteurs.

La police a dû envoyer des renforts en urgence. Pendant ce temps, les agents de police étaient également bombardés de fumier, ce qui les a obligé à reculer davantage.  

La police avait alors réduit le périmètre à l'angle de l'avenue d'Auderghem et de la place Schuman. Des véhicules de police supplémentaires étaient en position, tandis que certains agriculteurs lancaient des pétards et des oranges sur les policiers.  

Un peu plus tôt, un premier barrage de police à cette intersection avait simplement été contourné. En effet, le barrage ne tenait pas compte de la piste cyclable et du chemin piétonnier, ce qui a permis aux tracteurs de se diriger vers la place Schuman.  

Le véhicule de police, en guise de barrage routier, a également été piégé par plusieurs tracteurs, ne laissant d'autre choix au policier qui conduisait le véhicule que celui de battre en retraite.

La police a déployé des canons à eau

La police avait par ailleurs déployé les canons à eau pour éteindre des brasiers allumés rue de la Loi par les agriculteurs venus manifester à Bruxelles. Ceux-ci avaient tenté de garder le feu allumé, à base de pneus de tracteurs et de paille, face aux véhicules de police équipés de canons à eau.

Alors que des centaines de tracteurs continuaient à affluer lundi matin dans les rues du quartier européen (la police en dénombrait plus de 300 vers 08h30), le ciel s'était noirci de fumée noire près de la barricade policière principale, placée rue de la Loi aux abords du rond-point Schuman. Pour exprimer leur colère, les agriculteurs persistaient à allumer ce grand feu, faits de paille et de pneus, pendant que la police tentait désespérément d'éteindre celui-ci à l'aide de canons à eau.    

"Il y a effectivement une intervention en cours rue de la Loi, à hauteur de la rue du Taciturne, où des agriculteurs ont mis feu à des pneus. Deux arroseuses sont sur place pour tenter d'éteindre le foyer", avait indiqué la police bruxelloise.    

La police anti-émeute sur place a par ailleurs fermé l'accès à la place Schuman. En raison de la manifestation des agriculteurs, aucun train ne s'arrête à la gare de Schuman pour le moment.

 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

4 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Ils ne respectent rien, ils brûlent des pneus au milieu des rues sans se soucier de la pollution et des dégâts. Il faut les ficher, les arrêter et leur infliger de lourdes amendes et/ou peines.

    Thierry Frayer
     Répondre
  • A partir du moment où ils ne respectent rien, ce sont des criminels. A gerber comme comportement.

    Thierry Frayer
     Répondre
  • puisque ces cultos cassent et brulent nos biens publics et communs ...il suffit à la police de casser....bruler un ou deux tracteurs ....ils auront vite compris !! lors d'une ou deux manifs culto il y a des années à la gendarmerie on tirait " tendu " dans les cabines de tracteur à la lacry ...radical ....!

    abdoule carolo
     Répondre
  • Encore des gens payés soit par l'Europe soit par le gouvernement belge pour foutre le bordel et discréditer les agriculteurs

    Alain Schmit
     Répondre