Accueil Actu Belgique Société

La violence envers les enfants interdite dans toutes les structures de la Fédération Wallonie-Bruxelles

La commission Enfance du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mardi à l'unanimité un projet de décret qui interdit toute forme de violences envers des enfants accueillis dans des structures autorisées, agréées, subventionnées ou organisées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le texte vise à la fois les violences physiques, psychiques et verbales. Il s'appliquera aux enseignants, moniteurs, éducateurs et autres intervenants dans les écoles, les crèches, les services de l'aide à la jeunesse, les clubs sportifs, etc.  

Le décret ne vise nullement à stigmatiser les professionnels qui, dans leur toute grande majorité travaillent déjà avec bienveillance envers les enfants, a souligné mardi la ministre Bénédicte Linard (Ecolo) lors du débat sur son texte en commission.  

Il entend en réalité mettre la Belgique en conformité avec plusieurs recommandations de diverses instances internationales qui pressent depuis 20 ans le pays d'adopter des textes interdisant formellement toute violence éducative envers les enfants.  

Cette interdiction des violences figurera désormais en toutes lettres dans les conditions d'autorisation, d'agrément ou de subventionnement de toutes ces institutions qui accueillent ou s'adressent aux enfants.    

L'adoption du texte sera accompagnée de campagnes d'information à destination des professionnels. Les budgets de l'ONE seront aussi augmentés dans les années à venir pour mieux former les intervenants.  

Le décret devrait être définitivement être approuvé en séance plénière d'ici 15 jours.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • beh il est bien de supprimer et interdire cette autorisation !!

    paul leboulanger
     Répondre
  • je suis d accord mais que soit sanctionner fortement tout derive des jeunes et fortement sinon y a pas de sens

    dominique decarnoncle
     Répondre