Accueil Actu Monde International

Au Pakistan, des chrétiens attaqués se réfugient chez leurs voisins musulmans

Habitant du quartier chrétien de Jaranwala, dans l'est du Pakistan, le pasteur Javed Bhatti a été tiré de son sommeil dans la nuit de mercredi à jeudi par le haut-parleur de la mosquée qui l'exhortait à manifester contre un blasphème présumé commis la veille par sa communauté. Instinctivement, il a rassemblé sa famille et s'est précipité dans la rue pour échapper aux représailles.

Mercredi des centaines de personnes de confession musulmane ont déferlé dans les ruelles de ce quartier chrétien situé dans la banlieue de Faisalabad au Pendjab. Plusieurs églises y ont été incendiées, des maisons saccagées et un cimetière chrétien vandalisé. L'assaut a été déclenché lorsqu'un groupe de fanatiques religieux a accusé une famille d'avoir blasphémé contre le texte sacré de l'islam.

Alors que la panique gagnait le quartier, des musulmans se sont également précipités dans les rues pour avertir et abriter leurs voisins chrétiens. "La foule est venue de l'extérieur (du quartier), mais les musulmans locaux nous ont aidés et ont essayé de nous sauver", relate le pasteur Bhatti.

Tariq Rasool, un autre habitant, raconte que des musulmans ont également rapidement épinglé des versets du Coran sur les portes des maisons chrétiennes dans l'espoir de les mettre à l'abri des violences qu'ils savaient imminentes.

Plusieurs chrétiens qui sont retournés chez eux jeudi pour évaluer les dégâts ont déclaré à l'AFP que plus de 300 personnes avaient fui dans les premières heures, mais que des centaines d'autres avaient été évacuées dans la nuit ainsi que jeudi pour se réfugier chez des proches dans d'autres villes.

Le blasphème est un enjeu d'importance au Pakistan, où des groupes d'autodéfense ont tué des personnes accusées d'avoir insulté l'islam ou le prophète Mahomet. Les chrétiens constituent environ 2% de la population du pays et se trouvent tout en bas de l'échelle sociale.

À lire aussi

Sélectionné pour vous