Accueil Actu Monde International

Le changement climatique a favorisé les vagues de chaleur de l'été (étude)

Les records de chaleur enregistrés dans l'hémisphère nord cet été ont été dopés par le changement climatique, selon une analyse publiée jeudi.

L'étude de l'ONG Climate Central, qui porte sur la période de juin à août 2023, a montré que les émissions de gaz à effet de serre projetés dans l'atmosphère depuis le début de l'ère industrielle ont rendu bien plus probables les canicules qui ont plombé l'Asie, l'Afrique, l'Europe et l'Amérique du Nord.

Sur cette période, près de la moitié de la population mondiale, soit environ 3,8 milliards de personnes, ont subi au moins 30 jours de chaleur extrême aggravée par le changement climatique.

"Sur la planète, presque personne n'a échappé à l'influence du réchauffement climatique durant les trois derniers mois", a déclaré Andrew Pershing, vice-président en charge de la science pour Climate Central.

"Dans chacun des pays que nous avons analysés, notamment dans l'hémisphère sud où c'est la période la plus froide de l'année, nous avons observé des températures qui auraient été difficiles à atteindre, voire impossibles, sans le changement climatique causé par l'homme", a-t-il ajouté.

"La pollution due aux émissions de dioxyde de carbone est clairement responsable des records de chaleur de cette saison."

L'ONG s'est appuyée sur des méthodes permettant de déterminer la probabilité d'une température journalière donnée dans chaque pays, avec ou sans les niveaux actuels de pollution au dioxyde de carbone (CO2).

La même approche a permis aux scientifiques de mesurer le rôle du changement climatique dans des phénomènes météorologiques extrêmes, comme les conditions qui ont permis le déclenchement d'importants feux au Québec cette année.

Climate Central a développé un Indice de Changement Climatique (CSI) allant de -5 à 5, les niveaux au-dessus de 0 indiquant les températures rendues plus probables par le réchauffement.

Par exemple, le niveau 3 signifie que le changement climatique a rendu trois fois plus probable la température enregistrée.

De juin à août, 48% de la population mondiale a donc connu 30 jours aux températures correspondant au moins à un niveau CSI 3, et 1,5 milliard de personnes l'ont connu tous les jours, selon les calculs de l'ONG.

Le rôle du changement climatique a été trois à quatre fois plus fort dans les vagues de chaleur subies par les pays les moins développés et les petites nations insulaires que pour les pays du G20, bien plus riches, d'après Andrew Pershing.

Certains pays "portent une responsabilité plus lourde dans le changement climatique et la pollution qui alimentent la chaleur que nous subissons tous en ce moment", a-t-il déclaré.

À lire aussi

Sélectionné pour vous