En ce moment
 
 

Grand Corps Malade s'imagine dans la vie d'une femme: "Ce qui m'inquiéterait c'est toutes ces inégalités flagrantes et insupportables"

Grand Corps Malade s'imagine dans la vie d'une femme:
©RTLINFO
 
 

Chanteur, slameur, auteur, Grand Corps Malade est l'invité du RTL Info 13 heures. L'artiste sort un nouvel album en fin de semaine intitulé Mesdames. Un septième opus constitué de 9 duos avec des femmes.

"Il y avait déjà l'envie de faire des duos parce que je n'avais jamais fait d'album uniquement de duos", confie Grand Corps Malade. "C'était l'occasion de trouver un album concept avec que des duos féminins. Le but était de donner du sens à tous ces duos et à l'album en général". Pourquoi uniquement des femmes ? Le but était de les mettre à l'honneur, "pas juste en parlant d'elles mais justement en partageant des chansons, en écrivant pour elle, en les entendant sur chaque chanson", explique-t-il..

Le chanteur revient également sur la période actuelle de libération de la paroles des femmes suite aux mouvements "Me Too". "Évidemment la période est compliquée. J'ai vu d'un très bon œil les mouvements 'Me Too', 'Balance ton porc' qui sont arrivés pour la libération de la parole, essayer de changer les mentalités sur cette surpuissance de l'homme sur la femme dans énormément de milieux. Je pense qu'il ne faut pas avoir peur. Il ne faut pas que ce soit un sujet tabou. Il faut savoir parler aussi de ce qu'il ne va pas. Et puis sur l'album, c'est avant tout le plaisir de faire des chansons, ce n'est pas 10 chansons sur le féminisme".

Dans la chanson "24 heures", Grand Corps Malade s'imagine dans la vie d'une femme pendant 24 heures en duo avec Suzanne qui s'imagine, elle, dans la peau d'un homme. "Ce qui m'inquiéterait, c'est le regard des hommes dans les transports en commun, c'est le fait que je vais être moins bien payé que mon collègue qui a la même qualification que moi, toutes ces inégalités flagrantes insupportables. Et puis ensuite dans ce titre, on s'amuse aussi à se titiller sur les clichés homme-femme".


 




 

Vos commentaires