En ce moment
 

Inondations en Indonésie: 79 morts, un bébé sauvé

Inondations en Indonésie: 79 morts, un bébé sauvé
Un soldat indonésien tient dans ses bras un bébé rescapé des inondations qui ont frappé la province indonésienne de Papouasie le 17 mars 2019Handout
inondations

Au moins 79 personnes ont péri dans des inondations qui ont frappé la province indonésienne de Papouasie, selon un nouveau bilan officiel annoncé lundi par l'agence de gestion des catastrophes.

Parmi les victimes, un bébé de 5 mois dégagé des décombres par des soldats, a pu retrouver son père après que le reste de la famille eut trouvé la mort dans le désastre.

"Le bilan pourrait encore s'alourdir puisque 43 personne sont portées disparues", a précisé le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes Sutopo Purwo Nugroho.

Des pluies torrentielles ont provoqué samedi des inondations à Sentani, à une vingtaine de kilomètres de la capitale provinciale de Jayapura.

Des dizaines de personnes ont été blessées et 5.700 évacuées, selon l'armée.

Le gouvernement a décrété l'état d'urgence pour 14 jours.

Les inondations sont fréquentes pendant la saison des pluies en Indonésie, d'octobre à avril.

En janvier, au moins 70 personnes avaient trouvé la mort dans des inondations et glissements de terrain dans le sud de l'île de Célèbes.

Ces dernières semaines, des centaines d'habitants ont dû évacuer les environs du fleuve Citarum, dans la province de Java occidental, en raison d'inondations.

Par ailleurs, trois personnes -- dont deux touristes malaisiens -- ont été tuées et 182 autres blessées dimanche à la suite d'un glissement de terrain, provoqué par un séisme, sur l'île touristique de Lombok.

La province indonésienne de Papouasie est située à l'ouest de l'île de Nouvelle-Guinée, dont l'autre moitié est partagée par la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ancienne colonie australienne devenue indépendante.

C'est l'une des régions parmi les plus pauvres d'Indonésie et le théâtre d'affrontements sporadiques entre rebelles indépendantistes et l'armée.

Vos commentaires