En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: le CHU de Liège met en place une ligne téléphonique pour soutenir les enfants du personnel soignant

 
CORONAVIRUS
 

Le CHU de Liège a annoncé la mise en service d'une ligne téléphonique destinée aux enfants du personnel soignant. Cette ligne de soutien psychologique avait déjà été instaurée lors de la première vague. Elle avait permis d'accueillir la souffrance de quelques dizaines d'enfants.

Comment comprendre que papa ou maman rentre tard ou est plus absent de la maison ? Qu'ils sont fatigués, tristes parfois de ce qu'ils vivent professionnellement à l'hôpital ? Ces questions peuvent perturber les enfants du personnel soignant. "Le virus est à table, explique Alain Malchair, responsable du service de psychiatrie infanto-juvénile ambulatoire du CHU de Liège. On ne peut pas y échapper. Toutes ces choses qui faisaient la vie ont disparu ou ont été en tout cas largement perturbé dans une famille où il y a du personnel soignant. Plus les horaires qui sont perturbés... Donc ce sont des choses comme tout le monde mais beaucoup plus que tout le monde."

"Les enfants sont beaucoup plus percutés"

En mettant cette ligne téléphonique à disposition, les parents ou leurs enfants eux-mêmes peuvent se confier sur leur état d'esprit bouleversé par cette perte de repères. Stress diffus, angoisse d'aller à l'école, perturbation du sommeil... Une méconnaissance du virus que les parents doivent expliquer. "Les enfants sont beaucoup plus percutés puisqu'ils sont beaucoup plus fragiles par le fait même qu'ils sont en construction. Prenons un exemple, de nouveau dans les familles du personnel mais partout certainement aussi, c'est: moi, petit garçon ou petite fille, gérant peut-être quelque chose qui pourrait tuer ma grand-mère et mon grand-père. C'est terrible de dire ça."

Ce call-center est accessible pour le personnel de soins au sens large, celui du CHU mais aussi des autres structures du pays.

COVID 19 en Belgique: où en est l'épidémie ce jeudi 12 novembre ?

COVID 19 en Belgique: Noël sauvé mais Saint-Nicolas sacrifié ?

 




 

Vos commentaires