Accueil Actu Belgique Economie

Collecter les étrennes en fin d'année est une tradition de plus en plus rare: restez méfiants pour ne pas vous faire arnaquer

Vous avez peut-être déjà vu passer devant chez vous les éboueurs qui viennent demander leurs étrennes. Comment s'assurer qu'il ne s'agit pas d'arnaque ? 

Collecter les étrennes de fin d'année est un geste qui se fait de plus en plus rare. "Je suis même étonnée parce qu'ils le méritent quand même", note une dame à notre micro. "J'ai donné 5 euros et il était très gentil, car il m'a signalé vraiment que ça n'était pas obligatoire", souligne une autre dame.

Les éboueurs sont presque les derniers à le faire et il n'existe pas de législation uniformisée entre les intercommunales. À Namur par exemple, le BEP environnement a établi son propre règlement. "Les étrennes sont autorisées entre le 15 novembre et le 15 janvier, et à des horaires précis, pas le dimanche par exemple, et au plus tard jusque 18h30. Les ouvriers qui font du porte-à-porte doivent également porter un signe distinctif, une carte d'identification", explique la porte-parole du BEP environnement.

La collecte est donc légale, sans autorisation spécifique des communes, mais certains secteurs l'interdisent, comme dans la police, la poste et chez les pompiers. "En tant que citoyen, vous n'êtes jamais obligé de donner à quiconque vient sonner à votre porte. Ça n'est vraiment pas une obligation, les gens sont en droit de dire non", précise Sylvie Smoos, conseillère à l'Union des villes et communes et Wallonie.

Attention donc aux arnaques : la police reste le premier interlocuteur en cas de doute.

 

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • "ils le méritent" ? Ah bon, plus que les milliers d'autres emplois qui ne passent pas faire la manche aux portes? Ils sont payés pour leur boulot. Ce devrait simplement être interdit.

    Thierry Frayer
     Répondre
  • à charleroi; même des représentant p$$$$$$ viennent faire la manche aux portes !!

    paul leboulanger
     Répondre