Accueil Actu

L'Iran part à la chasse aux animaux de compagnie: les chiens n'ont plus leur place partout

Promener son chien dans les parcs publics et les espaces verts est désormais contraire à la loi en Iran, a indiqué mardi le chef de la police de Téhéran qui a par ailleurs invité ses concitoyens à signaler les contrevenants à la police.

Les forces de l'ordre de la République islamique ont en effet déclaré la guerre aux propriétaires de chiens. La population est également invitée à signaler à la police tout animal qui perturbe la quiétude dans les zones résidentielles, rapporte le portail d'information Khabar-Online. Emmener son chien au parc et dans les espaces verts est donc interdit officiellement depuis le mois dernier en Iran. Les autorités entendent renforcer ainsi le sentiment de sécurité au sein de la population.

Les propriétaires de chiens n'ont jusqu'à présent pas respecté la mesure qu'ils jugent excessive à l'instar des défenseurs des droits des animaux.  Une proposition de loi relative à l'interdiction de la détention et la vente des animaux de compagnie se trouvaient d'ailleurs sur la table du parlement iranien en novembre dernier, rapporte le site internet Iran International.

Considéré comme "impur"

Selon cette proposition, quiconque vend, importe ou détient des animaux de compagnie est passible d'une amende de 790 euros. Mi-juillet, le parlement examinait une proposition qui obligerait les propriétaires de chiens à demander un permis.

Dans l'Iran chiite, les animaux de compagnie ne sont pas bien vus, surtout au sein de la frange la plus religieuse de la société. Le meilleur ami de l'homme est ainsi considéré comme "impur" dans l'islam et serait également un symbole de "l'occidentalisation" alors que le nombre d'animaux de compagnie ne cesse d'augmenter aussi bien dans les villes que dans les campagnes ces dernières années de même que le nombre de magasins et de cliniques vétérinaires.

À la une

Sélectionné pour vous