Accueil Actu Magazine Science & Nature

Premier gros incendie de l'année dans le sud de la France: 600 hectares parcourus

Un feu de forêt dans le massif varois des Maures, attisé par un vent violent, a brûlé 600 hectares mercredi en début de soirée, premier gros incendie dans le sud de la France cette année malgré un déploiement de centaine de pompiers.

Aucune victime n'est à déplorer à ce stade.

"La surface brûlée s’élève désormais à 600 hectares dans le massif des Maures", ont indiqué les pompiers peu avant 21H00, après des reconnaissances aériennes de l'hélicoptère de la sécurité civile.

Le vent avait toutefois tendance à faiblir dans la soirée et les "conditions météorologiques permettent de ralentir la progression du feu", ont indiqué les pompiers à l'AFP. L’ampleur sinistre avait diminué en fin de soirée, a constaté un photographe de l'AFP.

L'incendie s'est déclenché vers 15H00 sur la commune de Vidauban, au niveau de la route départementale 48, dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, une zone historiquement frappée par des incendies l'été. Il a progressé très rapidement, attisé par le vent.

Quelque 200 sapeurs-pompiers du Var sont à pied d'oeuvre, appuyés par près de 140 engins, trois avions bombardiers d'eau, un hélicoptère lourd et un autre de reconnaissance.

Avec la nuit, ces derniers vont devoir s'arrêter mais les pompiers "vont continuer la lutte au sol".

- Frapper vite et fort -

Ils seront aidés de 230 renforts attendus d'autres départements. Plus de 70 sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône limitrophes sont en route "pour prêter main forte à leurs collègues varois confrontés à un feu de forêt virulent sur la commune de Vidauban", ont-ils indiqué sur X (ex-Twitter). Le Vaucluse dépêche de son côté une soixantaine de pompiers et vingt engins.

Quatre hameaux de la petite commune de Plan-de-la-Tour, située sur les hauteurs de Saint-Tropez, ont été évacués préventivement, ainsi que deux domaines sur Vidauban, soit quelques dizaines de personnes, selon les pompiers. La départementale 72 restait coupée entre Vidauban et Plan-de-la-Tour, la RD 48 avait rouvert vers 21H00.

Les familles d'un autre hameau, à La Garde-Freinet, ont elles été confinées.

Après un mois de mars particulièrement pluvieux, les pluies d'avril et mai ont été inférieures à la normale. En conséquence l'humidité des sols "est revenue à des valeurs proches de la normale" et "la mise en place d'un temps estival pourra entraîner une sécheresse superficielle des sols", expliquait la préfecture dans un point météo daté de fin mai.

En août 2021, un feu avait dévasté 7.000 hectares dans l'arrière-pays de Saint-Tropez, faisant deux morts et entraînant l'évacuation de 10.000 personnes.

Ailleurs en Méditerranée, un incendie avait brûlé 500 hectares et entraîné l'évacuation de près de 200 personnes dans l'est de l'Espagne mi-avril, attisé par des températures anormalement élevées pour la saison.

En 2023, un demi million d'hectares avaient brûlé dans l'Union européenne, selon un rapport de la Commission européenne.

Le sud-est de la France est historiquement touché par d'importants incendies. Les pompiers ont obtenu des résultats spectaculaires depuis 1990 en attaquant massivement les départs de feu, une stratégie qui pourrait connaître ses limites avec l'accélération du réchauffement.

Selon les données officielles, sur le pourtour méditerranéen français, on est passé de près de 32.500 hectares brûlés chaque année entre 1973 et 1982 en moyenne, à 12.700 sur la période 1993-2002, puis à 8.780 entre 2013 et 2022.

À lire aussi

Sélectionné pour vous