Accueil Actu

Que compte faire le gouvernement face à la flambée des prix des carburants ? "Il faut diminuer le plein de 20-30 euros"

Le président du CD&V, Joachim Coens, s'est dit ce jeudi matin favorable à l'adoption par le gouvernement fédéral d'une série de mesures (baisse de la TVA sur le gaz, cliquet inversé, baisse des accises sur les carburants) pour faire face à la hausse des coûts de l'énergie, accentuée par l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Le gouvernement fédéral débat de mesures pour faire baisser les prix de l'énergie. Selon Joachim Coens, président du CD&V, il faut diminuer dès demain le prix des carburants en combinant le système du cliquet inversé à une baisse des accises. C'est ce qu'il a affirmé ce jeudi matin sur Bel RTL en répondant aux questions de Fabrice Grosfilley. 

Sur l’énergie, on doit prendre des mesures pour aider les Belges ?

"Certainement, on dit cela depuis déjà un bout de temps. Depuis le mois d’octobre-novembre, les prix à la pompe, les prix pour chauffer sa maison, etc. ont tellement augmenté que les gens ne peuvent plus supporter ça."

On a baissé la TVA à 6% sur l’électricité, est-ce que l’on va faire la même chose pour le gaz et le mazout ?

"Certainement. Oui on doit le faire parce que c’est impossible pour les gens, pour qu’ils puissent continuer à vivre."

C’est le président du CD&V qui le dit ou il y a déjà une forme d’accord et de consensus au sein de la majorité ?

"C’est moi qui le dit mais ce n’est pas seulement moi, c’est nous. Notre vice-premier ministre l’a dit que c’est mis sur la table. Il faut donc le faire et en plus il faut faire quelque chose par rapport aux accises sur les carburants parce que faire le plein, c’est impossible."

Justement sur le prix de l’essence et du diesel, le ministre des Finances, Vincent Van Petegem, a travaillé sur l’idée d’un cliquet inversé, visiblement le MR y tient beaucoup. Aujourd’hui, on parle du cliquet inversé mais surtout d’une baisse des accises structurelles, c’est quoi la différence ?

"Le cliquet inversé, cela veut dire que si les prix montent, on a plus d’accises et il faut diminuer. C’est donc une sorte de stabilisateur pour que les gens puissent continuer à payer car la hausse des prix augmente aussi les accises. Il faut donc installer ce système de toute façon parce que c’est une mesure structurelle que nous avons besoin, déjà il y a six mois. Pour nous, il faut le faire et déjà depuis longtemps. En plus, maintenant, il y a quand même un problème plus important puisque les prix ont encore augmenté. Il faut donc faire le cliquet inversé et voir comment on peut diminuer structurellement les prix. Les deux doivent s’additionner."

On parle d’un cliquet inversé et d’une baisse des accises de l’ordre de 25 centimes le litre, certains disent qu’il faudrait aller jusqu’à 40 centimes…

"Il faut négocier sur les montants exacts avec les partenaires mais il faut quand même diminuer le plein de 20-30 euros, autrement ce n’est plus possible."

Diminuer de 20 à 30 ans pour un plein d’essence pour une voiture moyenne j’imagine. On a l’impression que la majorité Vivaldi a du mal à se mettre d’accord sur ce dossier, cela fait quand même 15 jours que la guerre a éclaté et que les prix de l’énergie grimpent, on pourrait peut-être aller plus vite. Il y aura des décisions quand ?

"C’est vari qu’il y avait des différences d’idées il y a quelque temps mais nous on a mis par exemple la baisse à 6% de la TVA, le cliquet inversé depuis longtemps sur la table et on voit maintenant ce qui se passe sur le terrain. Dire qu’il faut encore attendre une semaine, je ne vois pas pourquoi. Si on est d’accord demain de diminuer les accises pour le carburant, il faut le faire demain. Pour nous, c’est possible."

À la une

Sélectionné pour vous