Accueil Actu Régions Liège

Liège : certains commerçants ne peuvent pas profiter de la compensation des travaux du tram

À Liège, la commune va dédommager les commerçants touchés par les travaux du tram. 1700 enseignes sont concernées. Elles devraient recevoir entre 4000 et 9500€.

Liège est parsemée de trous, balafrent la cité et asphyxie la circulation. Les commerces sont les premiers touchés, ils seront donc les premiers indemnisés. La ville et la région wallonne ont débloqué une enveloppe de 11 millions d'euros, à répartir sur 1700 commerces : "C'est l'argent de la région qui va être redistribuée par la ville, mais qui va en fait revenir à la ville par la suite puisque ça ne couvre même pas le précompte immobilier de l'ensemble des commerçants impactés", explique Jean-Luc Vasseur, président de l'association des commerçants de Liège.

Tous les commerces, à moins de 200 mètres des travaux, vont recevoir quelques milliers d'euros. Ce payement n'aura lieu qu'une fois, et pour toute l'année 2022. Tous les autres commerçants, dépassant cette distance, mais impactés malgré tout par le manque de fréquentation n'auront rien.

Nombreux sont ceux qui s'inquiètent de ne pas être considérés, comme Marie Lambert, gérante d'un magasin pour enfants : "Je suis à plus de 200 mètres des travaux, mais mes clients ne savent quand même pas arriver parce que c'est compliqué de rentrer dans Liège, à cause des travaux du tram. Je suis en dehors du périmètre, donc je n'ai pas droit aux aides comme d'autres commerçants", regrette Marie.

Ces commerçants souhaitent donc rouvrir le débat sur la distribution, mais cela ne sera pas simple, d'après les explications du bourgmestre de Liège, Willy Demeyer : "Il fallait trouver rapidement un règlement qui tienne la route et nous nous sommes entourés d'avis de juristes et de cabinets d'avocats importants. Pour le reste, nous verrons peut-être en 2023, puisque les travaux vont continuer toute une partie de l'année", nous a-t-il justifié.

Les travaux du tram sont prévus en réalité jusqu'en 2024. Pour les commerçants, le défi ne fait que commencer.

À la une

Sélectionné pour vous