En ce moment
 
 

"La situation sanitaire en Wallonie et à Bruxelles est la plus dangereuse de toute l'Europe", alerte le ministre de la Santé

 
CORONAVIRUS
 

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) était sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche. Il a confié que la situation sanitaire dans notre pays, en particulier en Wallonie et à Bruxelles, était la plus dangereuse d'Europe.

Interrogé sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche par rapport aux nouvelles mesures imposées en Belgique à partir de ce lundi 19 octobre, le ministre de la Santé Frank Vandebroucke a été alarmiste quant à la situation belge. "La situation sanitaire en Wallonie et à Bruxelles est la plus mauvaise, et donc la plus dangereuse de toute l'Europe (...) L'incidence de la contamination par le virus était 50% plus élevée que, par exemple, en Île-de-France ou dans la région de Madrid, qui sont comparables en termes d'habitants. Entretemps chez nous, les chiffres ont doublé."

"On est vraiment tout près d'un tsunami"

Il continue: "On est la région la plus touchée de toute l'Europe. On est vraiment tout près d'un tsunami. C'est le fait que l'on ne contrôle plus ce qui se passe. Aujourd'hui, on peut encore contrôler ce qui se passe, mais avec d'énormes difficultés et du stress. On a bien écouté les gens qui travaillent dans les hôpitaux. Ils sont déjà extrêmement stressés, pour toute une série de raisons. On peut encore contrôler, on peut organiser la solidarité entre les hôpitaux, on le fait. Mais si ça continue à augmenter, le nombre d'hospitalisations va être tel qu'on devra reporter de plus en plus de soins non Covid, ce qui est aussi très dangereux. Il n'y a qu'un seul message aux gens: protégez-vous, protégez vos proches, afin de ne pas être contaminés".

Il n'y a qu'un seul message: protégez-vous, protégez vos proches

Etant donné la situation en Belgique, les nouvelles mesures sanitaires sont le "minimum minimorum" pour Frank Vandenbroucke. "L'essentiel, c'est le comportement des gens. Ils doivent comprendre qu'ils doivent se protéger et protéger leurs proches, donc respecter la distance, porter le masque s'il n'y a pas la distance, limiter le nombre de contacts… C'est essentiel. Je ne peux que répéter: le virus n'est la faute de personne, donc ne culpabilisons pas les uns ou les autres. Mais maintenant, redresser cette situation est la responsabilité de tout un chacun."

Couvre-feu à minuit

Pourquoi ne pas avoir imposé un couvre-feu à 21h comme c'est le cas en France (le couvre-feu en Belgique est à partir de minuit)? "Parce qu'on n'a pas voulu rendre la vie impossible. À vrai dire, il y a deux ennemis: le virus, mais aussi l'isolement, la dépression. Il faut donc combiner la lutte contre le virus avec la possibilité pour les citoyens de voir encore des gens, de se déplacer, de faire une balade dans les rues le soir. Il y a aussi des gens qui travaillent jusque 22h. Donc c'est une des raisons pour lesquelles on s'est dit qu'on n'allait pas rendre la vie impossible. Mais en même temps, les gens doivent être ultra prudents."

Pourquoi ne pas imposer le port du masque partout ?

La Ville de Charleroi impose le port du masque partout, tout le temps. Pourquoi ne pas suivre cet exemple sur l'ensemble du territoire ? "Au niveau national, on a eu un débat important et pas toujours facile avec les gouvernements régionaux pour vraiment être en solidarité, explique Frank Vandenbroucke. On a donc défini un socle commun minimal. Evidemment, une stratégie efficace va combiner ce socle commun minimal avec quelques différenciations locales." Selon le ministre de la Santé, il n'est, par exemple, pas nécessaire de porter un masque lors d'une balade en forêt. Par contre, lorsqu'on est dans une rue où l'on croise beaucoup de monde, c'est mieux de le faire.

 




 

Vos commentaires