En ce moment
 
 

Jürgen Conings est introuvable depuis une semaine: récit d'une traque INTENSE, jour après jour

 
 

Les enquêtes relatives à Jürgen Conings se poursuivent et sont élargies après les recherches infructueuses menées dans le parc naturel de Haute Campine (Hoge Kempen) dans le Limbourg.

Jürgen Conings, 46 ans, soupçonné de vouloir s'en prendre à l'Etat belge et à un virologue connu dans le pays, reste introuvable depuis la découverte mardi en fin d'après-midi de sa voiture en bordure d'un parc national dans la province néerlandophone du Limbourg (nord-est). Retour sur une traque intensive qui mobilise les forces de l'ordre et de la Défense.

Lundi 17 mai

Lundi dernier, Jürgen Conings se rend sur la base militaire où il travaille. Il est soupçonné d'y avoir dérobé des armes. 

Mardi

Une chasse à l’homme est entreprise dans le Limbourg. La police et des des hommes des unités spéciales sont à la recherche de Jürgen Conings. L'individu a récemment proféré des menaces à l'encontre de certaines cibles dont le virologue flamand Marc Van Ranst. Raison pour laquelle le signalement de l'individu armé a été pris au sérieux et la police est entrée en action. Marc Van Ranst et sa famille sont transférés dans un lieu sûr. 

Le véhicule de cet ancien militaire de 46 ans est retrouvée mardi soir dans le domaine de Heuvelsven à Dilsen-Stokkem (province du Limbourg). C'est un chasseur qui a repéré le véhicule du militaire dans les bosquets d'une forêt de Dilsen-Stokkem. Un camarade de ce chasseur, venu regarder de plus près, avait par ailleurs eu les pneus de son véhicule transpercé par des chausse-trappes.

Des agents de police des unités spéciales ainsi que les services d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) fouillent la voiture et établissent une zone de sécurité aux alentours. Quatre lance-roquettes anti-char sont retrouvées dans un véhicule de type SUV.

La police et les militaires sont massivement déployés à la porte d'entrée "De Salamander" du parc pour cette chasse à l'homme, appuyés par des forces des unités spéciales ou encore les services de soutien canin. Les recherches se concentrent près de Dilsen-Stokkem dans la province néerlandophone du Limbourg (nord-est), à la frontière des Pays-Bas, où le quadragénaire est domicilié.

Mercredi

On apprend qu'une lettre contenant des éléments jugés inquiétants a également été retrouvée. Dans cette lettre, Jürgen Conings menace de s'en prendre aux structures de l'État et à différentes personnes. 

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) place le niveau de menace à quatre, soit le plus élevé, concernant la fuite du militaire. En parallèle, l'organe évalue la menace générale qui pèse sur le pays et celle-ci reste inchangée, à un niveau 2 ou moyen.  

Un avis de recherche est diffusé par la police fédérale. L'homme en fuite mesure environ 1m80 et est de corpulence musclée. Chauve, il porte des tatouages, notamment au-dessus du coude. Au moment de sa disparition, il portait un t-shirt foncé, de marque Timberland. L'individu pourrait être en possession d'armes à feu. La police déconseille d'aller à sa rencontre en cas d'identification et demande à être prévenue sans tarder. 

Le parc national des Hoge Kempen ferme au public à cause de l'opération menée par les forces de l'ordre. La fermeture a été recommandée par l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) et demandée par le centre de crise. Elle n'est pas simple au vu de la superficie du parc - plus de 12.000 hectares de forêt et de bruyère -, qui possède en outre plusieurs points d'entrée. 

Dans le courant de la soirée, 90 militaires ainsi que plusieurs véhicules blindés viennent en renfort des forces de police.

Jeudi

Jeudi matin, plusieurs membres de la presse ainsi que des habitants entendent des coups de feu dans le parc. Le périmètre de sécurité est élargi tandis que la presse présente a été priée de se tenir à l'écart. Des ambulances viennent en nombre à "De Salamander" "et restent en stand-by. La protection civile et les chevaux de la police fédérale arrivent également à la porte d'entrée.

La police néerlandaise se tient prête à intervenir aux Pays-Bas au cas où le fugitif Jürgen Conings tenterait de passer la frontière.

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), bénéficie, quant à elle, d'une protection supplémentaire.

Un balayage très complet du Parc national de la Haute Campine est entrepris par le police et l'armée. "Il y a des éléments du dossier qui laissent à penser que le suspect se trouve dans les environs. Nous allons procéder cette après-midi à un balayage très complet du site", a déclaré Wenge Roggen, porte-parole du parquet fédéral. Environ 400 hommes sont actuellement déployés, dont 150 de la Défense et 250 de la police.

Une opération de police est entreprise à Wijgmaal, une section de la ville de Louvain (Brabant flamand) après un signalement en lien avec le militaire armé en cavale, Jürgen Conings. Elle prend fin en milieu d'après-midi.

Une enquête interne a été lancée au sein de la Défense pour mettre en évidences d'éventuelles "lacunes" dans le fonctionnement de ses services dans le cadre de l'affaire de Jürgen Conings, ce militaire soupçonné de sympathies d'extrême droite, a affirmé jeudi soir le "patron" de l'armée, l'amiral Michel Hofman.

Vendredi

Les recherches pour localiser le militaire d'extrême droite Jürgen Conings se poursuivent au parc national. Selon le gouverneur du Limbourg Jos Lantmeeters, le parquet fédéral part toujours du principe que le fugitif est en vie. Le périmètre de sécurité est étendu, la presse est repoussée de la zone en question. Un juge d'instruction a été désigné pour "tentative d'assassinat et possession illégale d'armes dans un contexte terroriste".

Les recherches sur la voiture du militaire d'extrême droite Jürgen Conings ont montré l'existence d'un mécanisme suspect.

Une perquisition au domicile du militaire est menée vendredi soir. D'après Het Laatste Nieuws, des échantillons d'ADN y sont prélevés. Une dizaine de perquisitions "dans l'entourage du concerné" sont également faites.

 

Samedi

On apprend que des décorations militaires de Jürgen Conings ont été retrouvées mardi sur la tombe de ses parents. Le militaire les a probablement déposées mardi, lorsqu'il a quitté sa voiture. D'après des experts, abandonner ses décorations militaires est un signal inquiétant car cela signifie qu'il tourne le dos à la Défense et qu'il n'a plus confiance.

Quelques 150 personnes se rassemblent samedi après-midi à Maasmechelen en soutien à Jürgen Conings. Un groupe Facebook, baptisé "Als 1 achter Jürgen" (Tous unis derrière Jürgen), avait annoncé l'organisation ce samedi vers 14h00 d'une marche pour soutenir le fuyard.

L'homme figure désormais sur la liste des 'wanted persons' pour menaces d'attaques contre des personnes et le régime. Jürgen Conings est également recherché à l'international. Son nom et deux photos se trouvent en effet sur le site d'Interpol.

La police, la Protection civile et l'armée quittent les abords du parc national. Le parc national de la Haute Campine est progressivement rouvert au public.

Dimanche 

11 militaires suivis par les services de renseignement en raison de leurs opinions radicales et de leurs accointances avec l'extrême-droite ont été écartés par mesure de prévention des dépôts d'armes et n'ont plus accès à des lieux et des informations sensibles, a indiqué dimanche la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche".


Pour la deuxième journée consécutive, une marche de soutien à Jürgen Conings, le militaire d'extrême droite toujours en fuite est organisée à Maasmechelen. Quelque 200 personnes y ont participé. Tout comme la veille, la manifestation se déroule dans le calme.

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw appelle Jürgen Conings à contacter une personne de confiance au début des journaux télévisés de la VRT et de VTM. Parallèlement, il a demandé à la population de rester sereine.

Le trafic ferroviaire est brièvement interrompu à Bruxelles-Nord après un signalement concernant la présence du militaire d'extrême droite en cavale. La gare a également été brièvement évacuée. Après enquête, aucune trace du fugitif n'a été trouvée, a indiqué la police fédérale.


 




 

Vos commentaires