Accueil Actu Belgique Société

C'est la Saint-Valentin: l'homme paie-t-il toujours la note lors d'une sortie en amoureux au restaurant?

En tête à tête, Isabelle et Eddy partagent leur vie depuis 12 ans maintenant. Quand l'heure de l'addition sonne, c'est monsieur qui sort son portefeuille : aujourd'hui, c'est lui qui régale.

"Une fois, c'est elle, une fois, c'est moi", explique l'homme. "En général, c'est la personne qui a envie d'aller au restaurant qui paye l'addition". Isabelle acquiesce et enchaîne : "C'est le premier qui sort la carte !"

"Généralement, on donne l'addition à celui qui l'a demandée", explique une gérante. "Ce sont les règles dans l'horeca, c'est celui qui demande qui reçoit". Mais à la table d'à côté, pour ces deux générations de couples mariés, c'est le compte commun qui règle l'addition.

"J'offre, mais puisque le compte est commun, nous payons un peu tous les deux !", explique un autre client. "Au début, c'était moi qui payait, mais maintenant qu'on est marié, on paie ensemble", raconte un homme. 

La galanterie... mais pas n'importe quand

Le cliché de l'homme qui paie l'addition aurait-il vécu ? "Je pense que les hommes ont encore cette galanterie de dire que ce sont eux qui paient, mais cela évolue petit à petit", juge une cliente. 

Pour approfondir la question, Véronique et Sigfried en couple depuis 30 ans et Marc et Nicole, ensemble depuis 29 ans, nous éclairent. "Il y a un temps où beaucoup de femmes ne travaillaient pas, n'avaient pas de salaires... donc c'était normal que l'homme paie", explique Marc.

"Je pense que les femmes n'ont pas envie d'être tout le temps celle qui est invitée, car elle peut se sentir redevable", explique Véronique. Cependant, pour certaines occasions, la galanterie reste de mise, note-t-elle. Pour la Saint-Valentin ou d'autres occasions, les dames verraient d'un mauvais œil le fait de devoir partager.

 

 

À la une

Sélectionné pour vous