Accueil Actu Monde International

Comme une "mise à mort", des Palestiniens attendent l'expulsion à Jérusalem

Dans la Vieille Ville de Jérusalem, Nora et Moustapha Sub Laban, 68 et 73 ans, comptent les heures avant l'exécution d'une décision qui plane au-dessus de leurs têtes depuis 1978: l'arrivée de la police et leur expulsion au profit de colons israéliens.

Dans le coin d'une venelle du quartier musulman, ces Palestiniens ont une vue imprenable sur le Dôme du Rocher. Mais de leur fenêtre grillagée, ils voient également des guirlandes de drapeaux israéliens qui ont fleuri sur les bâtisses voisines, saisies par des colons.

Leur modeste appartement aux murs décrépits doit connaître le même sort à partir de dimanche, selon le dernier ordre israélien reçu en mai.

"Aujourd'hui, je suis comme une prisonnière qui attend sa mise à mort. Je ne dors pas bien. Je vis sous sédatifs et j'ai des pensées négatives", raconte Nora Sub Laban à l'AFP.

Habitants de Jérusalem-Est, secteur occupé et annexé par Israël, elle et son mari sont empêtrés dans une bataille judiciaire depuis 45 ans avec les autorités et des colons israéliens, expliquent-ils.

Ces colons sont regroupés au sein du groupe Atara Leyoshna, représenté au tribunal par Eli Attal, d'après la famille et l'organisation israélienne anti-colonisation Ir Amim.

Sollicité par l'AFP, M. Attal n'a pas souhaité s'exprimer.

Les plaignants israéliens affirment que des juifs habitaient dans ce logement avant la création de l'Etat d'Israël en 1948 et l'annexion de Jérusalem-Est par la Jordanie, consécutive à la première guerre israélo-arabe.

Ils invoquent une loi israélienne de 1970 qui permet à des juifs de récupérer une propriété possédée par des juifs avant 1948, même sans lien de parenté.

En face, les Sub Laban indiquent avoir obtenu le statut de "locataire protégé" auprès de la Jordanie dans les années 1950, avant qu'Israël ne conquière cette partie de la ville en 1967 puis procède à son annexion, jugée "non valide" par l'ONU.

- "Hégémonie israélienne" -

La famille a gardé le contrat de location jordanien datant de 1953 et des jugements de tribunaux israéliens, consultés par l'AFP, reconnaissant leur statut de "locataire protégé".

Mais la justice affirme qu'ils n'habitent pas de façon permanente dans l'appartement et que l'expulsion doit donc être mise en oeuvre, bien qu'ils paient leur loyer auprès d'un organisme israélien.

Pour Nora Sub Laban, cette décision se focalise sur une période pendant laquelle elle ne résidait pas quotidiennement dans l'appartement car elle était hospitalisée.

"Juridiquement parlant, au sein du système israélien, on ne peut plus rien faire", explique Rafat Sub Laban, 34 ans, employé du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

D'après l'ONG Ir Amim, environ 150 familles palestiniennes sont actuellement menacées d'expulsion dans la Vieille Ville et les quartiers adjacents, du fait de "lois discriminatoires et de la collusion de l'Etat (israélien) avec des organisations de colons".

Plus de 220.000 colons vivent à Jérusalem-Est, où résident environ 370.000 Palestiniens, d'après l'ONG.

Celle-ci pointe du doigt une "stratégie utilisée de façon croissante pour consolider l'hégémonie israélienne" dans le secteur de la Vieille Ville, "la partie la plus sensible de Jérusalem du point de vue religieux et politique, et un enjeu essentiel du conflit" israélo-palestinien.

Dans la rue des Sub Laban, plusieurs "yeshivas" (écoles talmudiques) ont été ouvertes et les colons vont et viennent. Le voisin israélien le plus proche habite sur le palier quelques marches en-dessous de chez eux et emprunte le même couloir d'entrée exigu.

La cohabitation est difficile, confie la famille palestinienne.

"Nous ne vivons ni en liberté ni en sécurité", résume Nora Sub Laban.

- "C'est notre maison" -

A l'intérieur de leur appartement, les Sub Lahan ont déjà décroché les photos et déménagé les quelques objets à valeur sentimentale. Le moment où la police israélienne va débarquer, ils n'auront que quelques instants pour déguerpir, présagent-ils.

"Lorsque malheureusement cela arrivera", dit leur fils Rafat Sub Laban, "nous amènerons nos parents chez ma soeur et moi", dans un autre quartier de Jérusalem-Est. C'est la seule option".

Dans le salon, la seule décoration du logis consiste en des inscriptions au marqueur noir laissées par les petits-enfants: "La Palestine sera libre", "Nous reviendrons", "C'est notre maison".

"J'ai vécu toute mon enfance dans cette maison, j'y ai grandi, j'y ai perdu mon père et ma mère", souffle Nora Sub Laban.

Les colons "n'ont que faire de nous". "Les gens pensent qu'une maison, ce ne sont que des murs", ajoute-t-elle.

"Mais ce sont aussi des souvenirs. C'est toute ma vie."

À la une

Sélectionné pour vous