En ce moment
 
 

Les partenaires sociaux concluent une partie de l'accord interprofessionnel, la FGTB annonce une journée d'action nationale

Le deuxième volet de l'accord interprofessionnel a finalement été adopté. Syndicats et patrons se sont mis d'accord sur l'assouplissement des règles en matière de fin de carrière. Par contre, le premier volet sur l'augmentation de la marge salariale avait été rejeté par la FGTB. Le syndicat socialiste annonce par ailleurs une journée d'action nationale le 14 mai prochain.

Les partenaires sociaux ont fini par s'entendre sur l'Accord interprofessionnel. Mais sur une partie de l'accord, seulement. Un consensus a été trouvé sur la plupart des éléments du projet comme l'enveloppe bien-être, les régimes de fin de carrière ou l'intervention patronale majorée pour les transports en commun.

La fédération des entreprises de Belgique se dit "satisfaite que les engagements soient respectés".

Les différentes conventions collectives de travail sont prêtes. Elles doivent être signées, officiellement, dans les prochaines semaines. Mais le gouvernement doit, auparavant, préparer l'arrêté royal concernant la hausse salariale de 1,1%. Et c'est là le problème car la FGTB bloque toujours, comme sur la question des salaires minimum.


La FGTB prévoit une journée d'action nationale

"Le problème majeur pour la conclusion d'un AIP 2019-2020 était l'absence d'une augmentation substantielle du pouvoir d'achat et plus précisément des plus bas salaires. Le rehaussement substantiel du salaire minimum et un pouvoir d'achat retrouvé, sont prioritaires pour la FGTB. Ceci explique notre rejet du projet d'accord et notre refus de signer la CCT sur les salaires minimums", rappelle la FGTB.

Pour le syndicat socialiste, la marge salariale reste insuffisante et il estime que la loi sur la norme salariale doit être "fondamentalement" adaptée de façon à pouvoir obtenir, à l'avenir, des augmentations salariales plus justes.

La FGTB prévoit par ailleurs une journée d'action nationale le 14 mai pour le pouvoir d'achat et contre les inégalités sociales.

Vos commentaires