En ce moment
 

Dans Carnivores, Jérémie et Yannick Renier explorent "la part d'ombre" de leur fratrie (vidéos)

  • Dans Carnivores, les frères Renier raconte le destin de deux soeurs rivales... Est-ce autobiographique?

  • La rencontre entre Leïla Bekhti et Zita Hanrot dans Carnivores: "Quelque chose de l

 

Avec Carnivores, les frères Renier explorent, dans un thriller psychologique,  les relations entre deux sœurs… Avec une part d'autobiographie là-dedans. Nous avons rencontré Yannick et Jérémie Renier pour RTL info.

Carnivores, en salle dès ce mercredi, raconte la rivalité entre deux sœurs comédiennes, Mona (Leïla Bekhti) et Sam (Zita Hanrot). Tandis que la cadette réussit dans le métier, l'aînée ne parvient pas à percer et va devenir l'assistante de Sam, qui va peu à peu se perdre en raison de sa célébrité soudaine. Rivalité et tensions entre sœurs sont explorées dans ce film, et on ne peut s'empêcher de se demander si les deux frères se sont inspirés de leur relation pour écrire ce scénario.

"Il y a une part de nous, de notre relation, de notre histoire, d'anecdotes, mais on a voulu aller plus loin et être plus dans une projection, explique Jérémie Renier. C'est pour ça que très vite on est partis dans un thriller et c'est plus une fable et un fantasme de ce qui aurait pu se passer si ça s'était mal passé entre nous, si on n'avait pas pu discuter de nos différences."

"C'est une forme d'exploration de la part d'ombre de notre relation", précise son demi-frère, Yannick.


"On s'est inspirés de nous deux"

On connait surtout Jérémie Renier, 37 ans, pour sa carrière d'acteur, et notamment pour son rôle dans L'Enfant, des Frères Dardenne, Palme d'Or à Cannes en 2005. Mais son aîné, Yannick, est loin d'être un inconnu dans le métier puisqu'il a notamment joué avec Jérémie dans Nue Propriété de Joachim Lafosse.  

"Je suis moins connu que Jérémie donc on pourrait se dire que mon alter ego, c'est le personnage de Mona dans le film, qui est la moins connue et qui devient l'assistante, raconte Yannick. Maintenant, on s'est inspirés de nous deux mais on a aussi profité du fait que faire un film, c'est parler de personnages, c'est quitter la réalité d'une forme de naturalisme par rapport à nos vies, et c'est de grossir les traits de personnages. Il y a de nous deux dans tout le film, et puis aussi des gens qui nous ont aidés pour l'écriture et la réalisation. On a eu envie de profiter de la fiction pour raconter quelque chose qui nous dépasse".

"C'est une vraie envie de cinéma, ajoute Jérémie. Ce qu'on a voulu faire dans ce film, c'est une proposition, c'est un film en tension, c'est un thriller haletant où est traversés par ce que vit le personnage principal, qui nous permettait finalement de toucher à un cinéma qui nous plait aussi en tant que spectateurs."

Très proches, les deux frères réalisateurs n'auraient pas pu imaginer ce film indépendamment l'un de l'autre, comme le confirme Yannick Renier : "Je crois que ça aurait été impossible qu'on le fasse l'un sans l'autre, en tout cas pour moi, et donc c'était un plaisir énorme. Sans Jérémie, tout à coup, les choses n'avaient plus de sens"


"L'alchimie" entre Leïla Bekhti et Zita Hanrot

Forcément, le choix des deux actrices a été essentiel dans la réalisation de Carnivores. Ils se sont tournés presque naturellement vers Leïla Bekhti et Zita Hanrot, sans penser à elle lors de l'écriture du scénario, mais avec la volonté de provoquer "une rencontre".

"Leïla s'est imposée très vite à nous parce que c'était sa nature profonde, le côté très lumineuse qui était très différent du personnage qu'on proposait. Et ça nous plaisait, nous en tant qu'acteurs aussi, de proposer un personnage si loin de ce qu'elle est dans la vie, pour créer une complexité au personnage", raconte Jérémie.

Et la rencontre entre les deux actrices a immédiatement fonctionné, comme ils l'attendaient: "Il s'est passé quelque chose entre elles deux qu'on ne peut pas créer, qu'on ne peut pas travailler, qui est de l'ordre de l'alchimie", précise Yannick.

Carnivores, de Jérémie et Yannick Renier, dans les salles dès le mercredi 11 avril.

Vos commentaires