Accueil People

Héritage de Johnny Hallyday: après un appel d'une minute, la négociation entre les deux clans tourne court

Le conflit autour de l'héritage de Johnny Hallyday n’a pas fini de donner du fil à retordre à la justice française. En effet, la tension entre les membres de la famille ne semble pas s'apaiser, si l'on en croit les dernières informations communiquées par BFM TV. 

Selon la chaîne française, les avocats de Laura Smet et de Laeticia Hallyday ont récemment échangé en vue de la prochaine audience prévue ce jeudi 24 mai. Mais la négociation entre Me Témime et Me Amir-Aslani a tourné court ! L'appel aurait duré moins d'une minute et aucun accord n'aurait donc été trouvé...  

Toujours selon les informations de BFM TV, l'avocat de la veuve du rockeur assure que la défense de Laura Smet lui a dit: "On veut tout maintenant, tout ce que la justice nous accorderait si le testament était français".


Un accord trouvé pour l'anniversaire de Johnny ? 

L'avocat de Laura Smet a quant à lui expliqué à la chaîne que Laeticia refusait la main tendue. "Les relations humaines vont s'abîmer avec un débat judiciaire", a-t-il regretté. 

Me Emmanuel Ravanas, avocat de Laura Smet, avait pourtant formulé le vœu, en avril dernier, de trouver un accord amiable sur l'héritage du chanteur "pour le 15 juin", jour où le chanteur aurait eu 75 ans.

"Johnny Hallyday aurait eu 75 ans le 15 juin prochain. Je forme le vœu que pour le 15 juin, nous ayons réussi à trouver le respect des droits de chacun et un point d'équilibre", avait-il indiqué.


Une médiation pour éviter un procès

Un premier rendez-vous judiciaire, non public, se tient jeudi à Nanterre pour fixer le calendrier de la procédure au fond intentée par les enfants aînés de Johnny Hallyday qui contestent la légalité du testament du chanteur, mort en décembre.

Laura Smet et David Hallyday avaient obtenu en avril le gel d'une partie des avoirs de leur père en attendant que le litige soit tranché sur le fond, ce qui pourrait prendre des mois, voire des années.

Jeudi, le juge doit déterminer le calendrier des étapes préparatoires au procès, en présence ou non des avocats. Il peut aussi, si les parties sont d'accord, ordonner une médiation, ce qui permettrait d'éviter un procès.

À la une

Sélectionné pour vous