Des photos de Michael Schumacher sur son lit vendues au marché noir

Des photos de Michael Schumacher sur son lit vendues au marché noir
© belgaimage
 
 

Alors que Michael Schumacher poursuit sa revalidation à son domicile après son grave accident de ski en décembre 2013, une "personne non identifiée" aurait réussi à prendre des photos du pilote allemand à l'intérieur de sa maison.

Victime d'un grave accident de ski en décembre 2013, Michael Schumacher poursuit sa revalidation à son domicile en Suisse. Plongé dans le coma pendant de nombreux mois, il a finalement été réveillé sans que l'on en sache plus sur l'évolution de son état de santé. Une discrétion exigée par la famille.

Cependant, une "personne non identifiée" aurait réussi à prendre des photos du pilote à l'intérieur de sa maison, rapporte le Mirror. Le tabloïd britannique avance que sur ces clichés volés, on pourrait y voir Schumi allongé sur un lit. Ces images auraient ensuite été vendues un million de livres sterling sur le marché noir. Et pour cause, aucune photo ou vidéo de l'Allemand n'a fuité depuis son accident. Le Mirror indique encore que Corinna, son épouse, en aurait informé la police.

"Il faut imaginer une personne très différente"

En ce qui concerne l'état de santé de Schumacher, on n'en sait pas beaucoup plus. Si ce n'est ces déclarations alarmistes de Nicola Acciarri, un neurochirurgien italien, d'il y a quelques semaines et qui refont surface aujourd'hui. Pour le site Motorsport, Il disait vouloir parler "avec beaucoup de prudence" car il n'a jamais accédé au dossier du pilote mais tentait de dresser un portrait global de l'état du pilote. "Il est clair qu'en considérant la situation du champion six ans après le traumatisme, il faut imaginer une personne très différente de celle dont on se souvient sur les pistes, avec un état certes facilité par les soins intensifs qu'il a subi, mais qui concerne toujours un soin de longue durée, non seulement au lit, mais avec un cadre organique, musculaire et squelettique très modifié et détérioré".




 

Vos commentaires