Accueil Sport Tous les Sports F1

F1: Leclerc mise sur une "transition en douceur" après le départ du patron de Ferrari

Le pilote de Formule 1 Charles Leclerc s'attend à ce que la succession à la tête de l'écurie Ferrari se fasse "en douceur", après le départ annoncé de son directeur Mattia Binotto, a-t-il déclaré vendredi.

"Il faudra probablement un peu de temps pour que le directeur d'équipe soit à l'aise avec le système, et avec Ferrari, car c'est évidemment une énorme équipe. Mais si c'est fait de la bonne manière, je ne pense pas que nous en souffrirons sur la piste", a assuré le vice-champion du monde 2022 lors d'une conférence de presse avant le gala de remise des prix de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), à Bologne (Italie).

"Je suis donc assez certain que ce sera une transition en douceur", a poursuivi le Monégasque de 25 ans, chez Ferrari depuis 2019.

Binotto, directeur de l'écurie italienne de F1 depuis 2019, a présenté fin novembre sa démission après une nouvelle saison décevante de la Scuderia.

"Je respecte sa décision, et je ne peux que le remercier, il a cru en moi dès le début, il m'a prolongé avec un très, très long contrat", jusqu'à fin 2024, a expliqué Leclerc.

L'Italien de 53 ans, souvent critiqué cette saison, paie son échec à reconquérir le titre mondial malgré une voiture en nette amélioration en 2022.

A la tête de la gestion sportive, Binotto a certes connu son meilleur résultat cette saison, 2e du championnat pilotes, avec le Monégasque Charles Leclerc, et 2e des constructeurs. Mais il a de nouveau échoué à ramener Ferrari au sommet face à Red Bull et Max Verstappen, sacrés champions du monde.

Si son successeur n'est pas encore connu, un nom revient souvent pour le remplacer, celui du Français Frédéric Vasseur, directeur de l'écurie Alfa Romeo, motorisée par Ferrari.

Un choix qui plairait à Leclerc ? S'il refuse de spéculer, laissant le choix aux mains du président de Ferrari, John Elkann, et de Benedetto Vigna, le directeur général, il explique: "j'ai déjà travaillé avec Fred dans les catégories juniors, où il a cru en moi, et nous avons toujours eu une bonne relation (...) Il a toujours été très direct, très honnête, et c'est quelque chose que j'apprécie chez Fred".

Le Monégasque a notamment collaboré avec le Français pour sa première année de F1 en 2018, lorsque qu'il courrait pour Sauber, l'ancien nom d'Alfa Romeo.

À la une

Sélectionné pour vous