Accueil Actu Belgique Politique

Abus sexuels: le nouveau primat de Belgique reconnaît les manquements de l'Eglise

"Nous avons échoué. En relativisant parfois et en ne voyant pas l'ampleur des drames personnels. En n'agissant pas toujours de manière cohérente ou en prenant des mesures appropriées et décisives. Et même en dissimulant des crimes", a déclaré vendredi soir le nouvel archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr Luc Terlinden, dans son homélie à l'occasion des adieux du cardinal Jozef De Kesel.

Les abus commis au sein de l'Eglise sont une fois une nouvelle fois mis en lumière au travers de la série de la VRT 'Godvergeten' qui n'a pas manqué d'interpeller le nouvel archevêque.

"Nous avons beaucoup appris ces dernières années et fait beaucoup pour faire face à la grande injustice des abus", a-t-il indiqué vendredi. "Et pourtant, nous devons continuer à nous demander: est-ce suffisant ? Que pouvons-nous faire de plus?"

"En regardant la Croix, nous voyons aussi Marie", a-t-il poursuivi. "Elle aussi souffre. Mais en même temps, elle est un exemple de miséricorde. Que l'Église ose être à la hauteur de son exemple. Que signifie la miséricorde pour notre Église aujourd'hui ? Qu'on prenne le temps d'écouter les victimes. Que nous ne nous épargnons aucune peine pour garantir que justice soit rendue. Que nous nous engageons sans condition à la prévention."

Le nouveau primat de Belgique a par ailleurs loué l'action de son prédécesseur dans ce domaine. "Je tiens tout particulièrement à remercier mon prédécesseur qui a toujours eu à cœur l'accueil et l'écoute des victimes", a souligné Mgr Terlinden. "Il a vérifié à maintes reprises si justice leur avait été rendue et si les mesures restrictives nécessaires avaient été prises à l'encontre des auteurs., a-t-il assuré"

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • C'est bien joli, les regrets, mais il n'y a ni condamnation ni réparation. La grande secte protège encore ses gourous. S'il avait vraiment vérifié, il se serait aperçu que de nombreux cas n'ont pas été poursuivis et que de nombreuses victimes attendent encore au minimum une reconnaissance.

    roger rabbit
     Répondre