Accueil Actu Monde France

Électricité: comment la France se prépare-t-elle aux coupures de courant cet hiver?

Écoles, télécommunications, transports... les pouvoirs publics préparent d'éventuelles coupures de courant programmées et ciblées cet hiver, en cas d'importantes tensions sur le réseau électrique. Comment seront-elles organisées, qui sera concerné et comment les éviter?

De telles coupures organisées en raison d'un manque d'électricité seraient "inédites" en France, selon RTE, même si elles ne sont pas rares lors d'aléas climatiques et sont monnaies courantes dans certains pays pour des raisons structurelles.

La France est exposée à ce risque en raison d'une production nucléaire au plus bas: vingt réacteurs sont à l'arrêt sur 56, en raison de maintenances programmées ou prolongées, ou des problèmes de corrosion.

Combien de coupures envisagées ?

"Il y a un risque de quelques jours d'EcoWatt rouges sur l'ensemble de l'hiver", a prévenu jeudi Xavier Piechaczyk sur Franceinfo, même si cela dépend "essentiellement" de la météo. La cellule interministérielle de crise travaille sur l'hypothèse que six à dix délestages seront nécessaires sur l'hiver. Matignon a rendu publique jeudi une circulaire destinée aux préfets pour qu'ils anticipent et préparent la population, les entreprises et les administrations à ces coupures afin d'en limiter les inconvénients.

Le texte, qui concerne le territoire métropolitain sauf la Corse, reliée à l'Italie et qui dispose de sa propre production électrique, doit faire en sorte que personne ne soit "surpris".

Comment les Français seront-ils prévenus ?

Les Français seront prévenus d'un risque de coupures trois jours auparavant via l'émission d'un signal rouge de la plateforme EcoWatt gérée par RTE, qui devra encore être confirmé à J-2. Des coupures électriques seraient "inévitables si la consommation d'électricité ne diminue pas" aux pics de la journée (entre 8H00 et 13H00 et entre 18H-20H), prévient RTE, qui prévoit janvier comme le plus à risque.

Ces coupures ciblées de deux heures consécutives maximum pourraient être organisées en "dernier recours" à la demande de RTE sur ces créneaux horaires dans des portions de départements, une hypothèse "ni exclue, ni confirmée" selon le gouvernement. Le but: éviter le "black-out", une panne généralisée aux conséquences bien plus lourdes.

La plateforme EcoWatt permettra de savoir avec un jour d'avance quels départements seraient touchés, puis de définir à 17H00 qui est concerné en renseignant son adresse.

Qui sera concerné?

De telles coupures "ne devraient pas concerner plus de 4 millions de clients simultanément", selon la circulaire consultée par l'AFP.
"Une des conséquences les plus significatives" des coupures de courant est qu'elles entraîneront des interruptions de communications de téléphonie mobile et fixe, dit cette circulaire.

"Sauf exception, la téléphonie mobile et l'internet ne fonctionneront pas" dans les zones délestées. "Les lignes cuivre, avec prise téléphonique fonctionnelle en T", pourront en revanche "être opérationnelles".

Ainsi, les usagers sans prise T ne pourront pas joindre les numéros d'urgence comme les 15, 17 et 18, et le gouvernement conseille l'usage du 112, accessible quel que soit l'opérateur de l'usager, "avec des chances bien plus élevées que l'appel soit acheminé". Les préfets disposeront d'une cartographie des zones qui ne seraient pas couvertes par ce numéro.

Les préfets devront prévoir "une présence humaine" dans les centres d'incendie et de secours, les gendarmeries et commissariats afin de pouvoir "réceptionner physiquement une demande de secours".

Autre inconvénient: les écoles situées dans une zone délestée sur le pic du matin seront fermées sur la demi-journée pour ne pas risquer de se retrouver sans chauffage, ni lumière, ni alarme. Côté transports, certains trains, métros ou tramways pourront être annulés ou interrompus pour éviter d'avoir des passagers bloqués en pleine voie.

Qui sera épargné ?

Les coupures épargneraient les quelques 14.000 clients dit "prioritaires", selon une liste établie par les préfets répertoriant les établissements sensibles, tels que hôpitaux ou prisons.

Exclus également les "patients à haut risque vital" qui dépendent d'un équipement médical électrique à domicile, soit moins de 5.000 personnes, répertoriés par les Agence régionales de santé dans des listes qui devront être communiquées aux gestionnaires de réseaux de distribution. A charge pour ces gestionnaires d'informer les patients en cas de délestage trois jours à l'avance. Des prises en charge adaptées pourront être envisagées.

Comment les éviter ?

Conçu comme une "météo de l'électricité", EcoWatt est l'outil mis à disposition par RTE pour gérer la crise hivernale. Il décline un suivi de vigilance en trois couleurs: le signal vert signifiant que la consommation électrique est normale et le signal orange prévenant que le système électrique est "tendu" et que les "éco-gestes sont à privilégier", pour éviter de voir être déclenché le signal rouge.

Avant d'en arriver au délestage, RTE compte sur plusieurs leviers. En plus d'encourager aux efforts de sobriété, le gestionnaire peut actionner "l'interruptibilité", en coupant le courant aux 14 acteurs les plus électro-tensifs du pays, dont de gros industriels, qui sont rémunérés pour cela. Il peut aussi actionner une baisse de tension de 5% sur le réseau de distribution, sans grande conséquence pour l'usager, si ce n'est une ampoule moins vive.

À la une

Sélectionné pour vous