En ce moment
 
 

Rejetée par KPN, Dominique Leroy peut-elle redevenir la patronne de Proximus?

La décision de l'opérateur télécom néerlandais KPN de renoncer à engager Dominique Leroy comme CEO à partir du 1er décembre "ne change rien" au processus en cours chez Proximus, réagit lundi l'entreprise semi-publique. Une procédure y a en effet été mise en place afin de trouver un nouvel administrateur délégué depuis l'annonce du départ de Mme Leroy et celle-ci se poursuit, précise-t-on.

Le groupe de télécoms néerlandais KPN a annoncé lundi matin renoncer à engager l'ancienne patronne de Proximus, justifiant sa décision par les enquêtes la visant et les incertitudes qu'elles entraînaient sur le moment de son entrée en fonction, initialement prévue le 1er décembre.

Cela ne change rien au processus en cours, indique-t-on au sein de l'opérateur télécom belge. Une procédure a en effet été lancée mi-septembre afin de trouver un remplaçant à Mme Leroy, qui a quitté l'entreprise le 20 septembre dernier. Officiellement, pour le président du conseil d’administration de Proximus, "la procédure pour le choix du nouveau grand patron est ouverte, y compris éventuellement pour Dominique Leroy". Mais un retour de l’ex patronne parait difficile, très peu probable pour le moment. Voire impossible. Les procédures judiciaires qui dérangent aux Pays-Bas aujourd’hui peuvent aussi déranger les dirigeants belges. 

Un chasseur de têtes a été désigné, de même qu'un profil-type créé et validé pour la fonction. La principale intéressée n'est plus CEO chez Proximus, y insiste-t-on. Contacté par notre journaliste Frédéric Delfosse, Stefaan De Clerck, le président du conseil d'administration de Proximus a rappelé que "la séparation entre Proximus et madame Leroy date du 20 septembre et ce fut malheureux".

Il est trop tôt pour savoir si elle pourrait être intéressée par le poste et si elle pourrait y être candidate, y confie-t-on encore.

C'est à présent au chasseur de têtes d'établir une liste de candidats potentiels et de la soumettre au comité de nomination et de rémunération de l'entreprise semi-publique, avant que le conseil d'administration ne prenne une décision. Dans l'intervalle, la directrice financière Sandrine Dufour a pris les rênes de l'opérateur belge à titre provisoire. Proximus précise enfin que la décision de KPN a été prise "de manière indépendante" et qu'il n'a "pas été consulté ni informé" dans ce cadre.

Vos commentaires