En ce moment
 
 

Statues de Léopold II taguées ou retirées: le prince Laurent s'exprime

Statues de Léopold II taguées ou retirées: le prince Laurent s'exprime
©Belga
 
 

Le roi Léopold II "n'est jamais allé au Congo lui-même", souligne le prince Laurent, dans une brève interview accordée à Sudpresse, ajoutant qu'il ne voit dès lors pas comment le deuxième roi des Belges "a pu faire souffrir des gens sur place".

Les actes de vandalisme visant les statues du roi Léopold II ainsi que les pétitions réclamant leur retrait de l'espace public - ou leur maintien - se sont multipliés ces derniers jours dans la foulée des manifestations en mémoire de George Floyd et plus généralement contre le racisme institutionnel et les injustices dont sont victimes nombre de personnes de couleur, non seulement dans le monde mais également en Belgique.

Le débat sur la présence de tels monuments dans l'espace public, et plus largement sur le passé colonial de la Belgique et le rôle du deuxième souverain belge - Roi bâtisseur pour les uns, figure du colonialisme dans ce qu'il a de plus terrible pour les autres - resurgit à intervalles réguliers. C'est dans ce contexte que les journaux de Sudpresse ont fait réagir le frère cadet du roi Philippe.

Le prince Laurent souligne notamment les nombreuses réalisations du "Roi bâtisseur" mais fait également référence aux exactions commises au Congo lorsque le pays était la propriété personnelle de Léopold II. "Vous devez savoir qu'il y avait beaucoup de gens qui travaillaient pour Léopold II et ceux-là ont vraiment abusé, mais ce n'est pas pour ça que Léopold II a abusé", déclare le prince Laurent. "Il n'est jamais allé au Congo lui-même. Donc, je ne vois pas comment il a pu faire souffrir des gens sur place", ajoute le prince dans les colonnes de Sudpresse.

Le prince Laurent explique encore avoir toujours présenté ses excuses lorsqu'il a été amené à rencontrer un chef d'État africain. "(...) j'ai toujours dit que je m'excusais pour les actions que les Européens ont fait par rapport aux Africains en général".




 

Vos commentaires