En ce moment
 
 

La Flandre réduit de 60% le budget alloué à la culture: "Une bête revanche", selon ce journaliste flamand (vidéo)

Il y a une semaine, la Flandre a décidé de supprimer 60% du budget consacré à la culture et au patrimoine. Ce sont principalement les subventions de projet destinées aux artistes individuels et aux petites organisations qui sont visées. Les institutions d'art agrées sont épargnées. La culture ne doit-elle pas être une priorité ? C'était au cœur du débat de "C'est pas tous les jours dimanche" ce matin.

Jan Jambon l'a annoncé, il y aura 6% de réduction des subsides de fonctionnement dans le secteur culturel et jusqu'à 60% pour les subsides par projet dès l'an prochain. Une décision qui ne surprend pas Rik Van Cauwelaert, journaliste au journal De Tijd, invité sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche". "Dès le moment où j'ai entendu que Jambon prenait la culture dans ses compétences, je l'ai dit à la télévision flamande: là, c'est l'heure des règlements de compte. À la N-VA, ils ont toujours le sentiment que le monde culturel les rejette. Ce qui est assez étrange parce que je me rappelle de l'époque où les acteurs de KVS (Koninklijke Vlaamse Schouwburg) étaient militants de la Volksunie. Qu'est-ce qui a changé entretemps ? C'est sans doute moins le cas aujourd'hui, mais je veux dire que le monde artistique en Flandre est aussi partagé politiquement que la population flamande."

Rik Van Cauwelaert continue: "c'est une bête revanche. Il retombe dans la même faute que ses prédécesseurs. Il fait de grandes coupes et de grands changements sans consulter le secteur. Maintenant, il accepte de leur parler mais il dit: "vous pensez pouvoir faire mieux, faites-le"."

Suite à ces propos, Christophe Deborsu a tenu à signaler qu'un membre de la N-VA devait être présent sur le plateau aujourd'hui. "C'était le cas jusque vendredi soir, affirme-t-il, mais finalement, tous les membres contactés avaient des obligations familiales."

Et du côté francophone?

Cette décision interpelle aussi du côté francophone du pays, notamment sur Facebook où de nombreuses personnes n'affichent que 40% de leur photo de profil. Les autres 60% sont recouverts de jaune, la couleur de la N-VA. Bénédicte Linard, ministre de la Culture et des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Ecolo), était également invitée dans l'émission. Elle est, elle aussi, interpellée par cette décision du ministre flamand. "Je suis aussi interpellée par l'annonce de Jan Jambon en ce qui concerne la fin du financement du fonds journalistique qui est aussi une mesure très importante. Je suis interpellée sur deux temps, d'abord sur le timing. En culture, on sait que la programmation prend du temps. Décider en fin d'année de changer les règles de financement pour l'année qui suit, c'est vraiment mettre à mal tout le secteur culturel. Et l'autre signal, c'est que je m'interroge alors sur le message que veut faire passer le gouvernement flamand en prenant ce genre de décisions. La culture est au cœur de l'identité. Sans culture, on perd notre identité et on met à mal aussi nos leviers en matière de démocratie."


 

Pour l'instant, les budgets alloués à la culture sont proportionnellement assez similaires du côté flamand et du côté francophone du pays. Chez nous, le budget alloué à la culture va-t-il aussi diminuer? "Les budgets sont compliqués en Fédération Wallonie-Bruxelles, il ne faut pas se voiler la face. Par contre, on a fait un exercice budgétaire et on a décidé de reconduire l'entièreté des budgets de 2019 sur 2020, avec indexation. On a aussi mis en place une enveloppe de 5 millions supplémentaires pour la culture. C'est ce qui est prévu et on a un deuxième exercice budgétaire plus affiné qui viendra en avril. Là, je n'imagine pas qu'on travaille sans concertation avec les secteurs."

Vos commentaires