En ce moment
 
 

À la découverte du Préhistomuseum près de Liège: "Si c’était un vrai mammouth on serait déjà tous morts"

 
 

C’est un coin secret à deux pas de Liège. Un site archéologique de 30 hectares en bord de Meuse, sur la commune de Flémalle. Il passe presque inaperçu et pourtant… On y découvre des expériences inattendues.  En survolant le site, nous tombons sur un véritable parcours de chasse avec des reproductions d'animaux préhistoriques à taille réelle, comme Helmut, le mammouth de 3 mètres de haut. Et pour tenter de l'abattre, chaque chasseur est armé d’un propulseur et d’une sagaie.

> Le site du préhistomuseum

"Si c’était un vrai mammouth on serait déjà tous morts, parce que c’est hyper dur. Là-bas il y a un cheval, je n’ai pas envie d’aller le tuer parce que j’aime bien les chevaux. Mais le mammouth ça va", explique Lola, 10 ans, qui participe à l'activité. Isaline Raskin, archéologue sur le site, explique le concept: "On utilise des reconstitutions d’armes par rapport à ce qu’on a retrouvé sur les sites archéologiques. Et les gens vont essayer de reproduire le geste. Et ils vont très vite comprendre par eux-mêmes quel est le bon geste pour avoir le bon résultat."

Animal chassé, animal mangé

Après la chasse, rendez-vous en cuisine. Ou plutôt autour du feu, pour "brûler le gibier" ou "avoir de la lumière", proposent les enfants. Le tout sans allumette évidement. Mais avec une pierre : la pyrite. Ce qui n’est pas si simple... "Ce qui est difficile c’est de tenir la pierre et en même temps de frapper dessus. Il faut essayer de pas taper sur son doigt", explique Pauline, une autre participante. Mais avec les conseils d’un archéologue et après quelques minutes… les premières étincelles jaillissent, puis les premières braises, et enfin le feu.

De chasseur à cultivateur

Le site propose aussi une ferme. Ses animaux, et ses outils préhistoriques. "Les visiteurs peuvent comparer ce qu’il y avait dans les fermes à la préhistoire et dans les fermes d’aujourd’hui. Est-ce que la poule est préhistorique par exemple ? Et surtout de voir comment les animaux qu’on consomme aujourd’hui ont commencé à être transformés par nos ancêtres il y a très longtemps", détaille Isaline Raskin.

Sans oublier l'art

Durant la préhistoire, ce n’est un secret pour personne, nous étions déjà artistes. Pour les participants, les seuls outils autorisés sont les mains, pour tenter de modeler l’argile. "J’essaye de faire un lion, mais en tout cas c’est très dur à faire. On peut faire ce que les hommes faisaient avant et c’est aussi amusant", confie Iannis, 9 ans.

Ici on n’apprend pas dans les livres, mais en pratique. Avec un objectif : réveiller le primitif qui sommeille en nous.




 

Vos commentaires