Accueil People Buzz

Eli, 39 ans, chante en robe de mariée dans le métro parisien: "Ça m'a donné une énorme confiance"

Le matin, elle vend des éclairs au chocolat; l'après-midi, elle chante en robe de mariée dans le métro parisien. Artiste aux mille petits boulots, Eli Jadelot a passé le casting des musiciens du métro pour découvrir un autre univers et interagir avec les gens.
"J'ai des dettes, dettes, dettes par dessus la tête!", entonnent à coeur joie des voyageurs, reprenant le refrain de la chanson d'Eli Jadelot, installée un jour d'hiver dans les couloirs de la station Saint-Lazare.

Cherif Medouni s'est extirpé du flux de voyageurs, attiré par la tenue de la chanteuse - "une robe de divorcée !", insiste Eli Jadelot, qu'elle a enfilée dans les toilettes publiques. "Qu'est-ce que vous avez fait comme bêtise ?", lui demande-t-il en plaisantant. "Allez, chantez pour moi!".

Guitare à la main, sans micro, la Lorraine de 39 ans livre quelques unes de ses oeuvres - dont les mélodies ont été composées par une amie, Elen Randreau Kennedy - qui parlent du mariage, du travail, des choses de la vie. Des textes engagés et amusants.
"Elle m'a surpris, avec sa robe de mariée ! Et elle avait un charmant sourire, ça y fait. Ses chansons, c'est très beau, très poétique, avec un petit piment de révolte. J'aime bien !", explique Cherif Medouni, éducateur, qui apprécie les musiciens du métro pour "la poésie, la lumière et une certaine ambiance".

Eli Jadelot s'essaie cette année pour la première fois sur la scène du métro parisien. Comédienne et artiste de rue près du Sacré-Coeur à Paris, elle a passé fin septembre les auditions des "Musiciens du métro", un label créé il y a 25 ans. Soit 300 artistes sur un millier de candidats autorisés à se produire sur le réseau souterrain de Paris.

"Je ne vois pas ça comme un tremplin mais comme une autre manière de faire de la musique et d'apprendre en fonction d'un autre univers. J'ai envie de voir comment je vais évoluer au sein d'un lieu de passage et comment les gens vont être interpellés. Ou pas", raconte la chanteuse, qui échange constamment avec les voyageurs. "Ce dont je suis garante, c'est les liens que je tisse avec la personne qui va être prise dans une histoire", dit-elle.


 
 

Arrivée à Paris il y a seize ans, elle ne rêvait que de théâtre. Elle a écrit et mis en scène l'une de ses pièces et s'est immergée dans de multiples univers.

Titulaire d'un master d'histoire, elle a été monitrice pour aveugles, a donné des cours d'alphabétisation en prison, travaillé pour une radio s'occupant de prisonniers politiques corses mais aussi joué les 'happiness managers' dans une société avant d'être conseillère Pôle emploi.

En 2018, elle a envie de voyager. Sans argent, elle se tourne vers l'auto-stop. Elle embarque la robe de mariée d'une amie et s'aventure joyeusement sur les routes de France pour chanter de place en place.

"Ça m'a donné une énorme confiance. Il y a des moments où tu es désespérée, seule au milieu de la route: 'personne ne viendra me chercher!' Et il y a toujours quelqu'un qui vient". Tout comme dans le métro ou la rue.

"Il y a des moments désespérants où tout le monde s'en fiche. Et des gens qui restent longtemps, hyper émus. C'est juste toi avec les gens. Je ne suis pas une chanteuse hors pair mais mes textes sont bons, je crée du lien". A Saint-Lazare ce jour d'hiver, plusieurs ont été captés.

"Il faut vraiment que t'aies le coup de coeur de ta vie pour t'arrêter, les gens ont envie de rentrer chez eux. Le métro c'est difficile, c'est un tube en fait, les gens passent", souligne l'artiste qui ne fait pas ça pour l'argent. "Quand ça marche bien tu peux te faire 25 euros".


 
 

À la une

Sélectionné pour vous