Accueil Actu Belgique Société

Guerre, santé et avenir, Alexander De Croo s'adresse aux Belges: "Nous ne pouvons abandonner personne"

Le Premier ministre Alexander De Croo a prononcé son discours de début d'année en présence du Roi et devant un parterre d'invités et de personnalités publiques.

Edition numérique des abonnés

Le locataire du 16 Rue de la Loi est revenu sur les dernières années très perturbées que nous avons connues entre crise sanitaire, guerre en Europe et crise énergétique. Il se veut néanmoins positif et ambitieux sur les projets d'énergie verte qui sont en cours de développement, en partenariat avec des pays étrangers. 

Cette coopération est d'ailleurs l'un des points importants soulevés par Alexander De Croo qui affirme la volonté de notre pays de s'ouvrir au monde. Au passage, il critique les pays qui décident "d'ériger des murs" et qui "isolent et polarisent". "Être seul de nos jours, c’est être faible ; jouer collectif, c’est être fort", assène-t-il.

"En tant que société, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser un seul talent inexploité. Nous ne pouvons abandonner personne, et cela vaut aussi pour notre marché du travail", promet encore le Premier. 

Le discours complet

À une époque où notre société et notre économie se remettaient complètement de la pandémie de corona, maintenant notre génération est également confrontée à une guerre sur le sol européen. Avec toutes ses conséquences.

Mais nous avons également appris une leçon importante l'année dernière. Ce n'est pas seulement la taille des difficultés qui déterminent notre bonheur ou notre prospérité. C'est aussi notre force et notre talent pour surmonter ces difficultés. Et notre pays a exactement ce pouvoir en abondance.

Lors des crises qui ont marqué ces trois dernières années, la Belgique s’est révélée à la face du monde comme un partenaire stable et fiable, et comme un leader mondial dans des domaines majeurs. De l'exportation de milliards de vaccins au transit de gaz irriguant tous nos pays voisins : notre pays a été au rendez-vous. Tout comme il l’a été, malgré un contexte économique difficile, avec ses 100 000 nouveaux emplois créés. Jamais notre pays n’a connu un tel taux d’emploi.

Ces succès, nous les devons avant tout à la résilience et au travail de tous ceux et celles qui s’engagent chaque jour.

Nos enseignants et tous les acteurs et actrices de l’enseignement qui aident nos enfants à devenir des citoyens confiants et autonomes. Les services de police et d’incendie, qui assurent notre sécurité, et méritent plus de respect. Le personnel soignant, présent à notre chevet dans les moments où nous sommes les plus vulnérables. La force de notre pays réside dans toutes ces personnes qui le font fonctionner. Dans tous les citoyens et les entreprises qui avancent contre vents et marées.

À tout niveau, les pouvoirs publics ont le devoir absolu de soutenir ces personnes et de leur donner les outils et la liberté. Car ce sont elles qui portent et financent notre sécurité sociale, un filet de sécurité qui a révélé toute son importance ces dernières années.

2023 sera l'année où nous continuerons à bâtir sur notre prospérité et notre sécurité.

Et qui dit "construire la prospérité" aujourd'hui, parle bien sûr aussi d'une infrastructure énergétique robuste. C'est pourquoi le gouvernement prolonge la durée de vie de nos deux plus jeunes centrales nucléaires. Deux gigawatts de capacité très efficace. Pendant ce temps, nos parcs éoliens offshores évoluent vers un rendement de six Gigawatts.

Et nous ne le faisons pas seuls. Nous nous associons aux Pays-Bas, à l'Allemagne et au Danemark, avec avec qui nous partageons l'ambition d'un réseau énergétique commun en mer du Nord. Bon pour 65 gigwatts en 2030 et 150 gigawatts en 2050 – dix fois plus qu'aujourd'hui.

Je veux élever encore ces ambitions cette année. Avec plus de coopération entre les pays de la mer du Nord. Pour développer toute la côte de la mer du Nord, de la Norvège à nos voisins du sud, en la plus grande zone verte de toutes centrale au monde avec un rôle central pour notre industrie belge. Pendant ce temps, nos ports poursuivent leurs ambitieux projets hydrogène.

L'objectif de tous ces efforts est clair : une énergie abordable et sûre pour nos familles, durable et produite ici avec nous, ce qui permet également à notre industrie de se développer davantage et de stimuler les emplois verts.

Œuvrer à notre prospérité signifie aussi poser des choix difficiles.

Par temps mouvementés, les pouvoirs publics doivent intervenir. Mais quand la tempête est passée, il faut ajuster les voiles et renouer petit à petit avec des finances publiques saines.

Et cet objectif primordial va de pair avec la nécessaire augmentation du taux d’emploi, partout dans notre pays. Dans chaque région, dans chaque ville. En ciblant particulièrement les groupes qui sont difficiles à activer. Les jeunes peu qualifiés dans nos villes, les personnes issues de l'immigration ou les travailleurs ayant été en
maladie de longue durée.

En tant que société, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser un seul talent inexploité. Nous ne pouvons abandonner personne, et cela vaut aussi pour notre marché du travail. Lutter contre la fuite des cerveaux demande l’engagement de toutes et tous. 

Cet esprit de coopération est une nécessité absolue dans un monde en pleine mutation. Être seul de nos jours, c’est être faible ; jouer collectif, c’est être fort.

La lutte contre la criminalité internationale liée à la drogue n’échappe pas à la règle. Au niveau national, elle passe par la coopération entre la police locale et la police fédérale. Mais aussi la coopération au-delà des frontières nationales, entre les sociétés portuaires et les compagnies maritimes, avec les pays voisins confrontés aux mêmes défis et avec les pays d’origine des stupéfiants.

Certains pays choisissent d'ériger des murs. Ils isolent et polarisent. Alors que d'autres pays réalisent que dans le monde d'aujourd'hui, ce sont les collaborations qui réussissent le mieux. Ils réalisent qu'ils peuvent combler les différences pour aller beaucoup plus loin.

Notre pays opte aussi résolument pour cette approche d'ouverture et de coopération. Parce que nous venons de comprendre que c'est là notre force.

Aucun pays, et encore moins un groupe ou une personne, n'a la réponse à tous les défis d'aujourd'hui.

Le réchauffement climatique, la crise énergétique, la paix en Europe, mais aussi la crise de notre éducation et de nos soins nos aînés. Ce sont toutes des questions qui nécessitent une coopération.

C'est précisément dans ce monde que notre pays a tout ce qu'il faut pour réussir.

Nous sommes dans une position unique. Au carrefour des deux sphères culturelles européennes les plus importantes, dans le cœur battant de l'industrie européenne et, surtout, capitale politique de l'Europe.

Si nous assumons notre ouverture sur le monde et travaillons ensemble, à la maison et avec les autres démocraties, alors notre pays peut gérer beaucoup, sinon tout.

À une condition : que nous ne nous perdions pas dans le tribalisme et dans les nouveaux blocages.

Après trois ans d'incertitude fondamentale, de pandémie mondiale et de guerre en Europe, attendez-vous, citoyens et entreprises de tous les gouvernements de ce pays, à plus que jamais de la stabilité et de la coopération, aucun chaos ni conflits.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • tous ce qu'il sais faire ces proteger son salaire payer par nous il a aucune morale ce croo destitution

    jacques deboelpaep
     Répondre