En ce moment
 

Deux cas de peste porcine africaine confirmés en Wallonie: "Ce virus peut se transmettre facilement d'un animal à l'autre"

Deux cas de peste porcine africaine confirmés en Wallonie:

Deux cas de peste porcine africaine détectés sur des sangliers en Belgique ont été confirmés par les autorités sanitaires.

L'Afsca, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, et le SPW ont confirmé jeudi que deux cas de peste porcine africaine ont été détectés en Wallonie récemment, sur le territoire de la commune d'Etalle en province du Luxembourg, chez des sangliers retrouvés morts et dont des échantillons avaient été envoyés pour analyse à Sciensano.

Les bêtes étaient bien porteuses du virus de la PPA, ce qui prouve que la maladie, en recrudescence en Europe de l'Est, a eu tendance à se propager aussi vers l'ouest.

"La lutte contre la maladie ne constitue pas un enjeu de santé publique", car elle n'est pas contagieuse pour l'homme, "mais bien un enjeu de santé animale et économique", soulignent l'Afsca et le SPW.


Pas de traitement ni de vaccin efficace 

Le virus peut en effet facilement se transmettre d'un animal à l'autre, et notamment aux porcs d'élevage, alors qu'il n'existe actuellement pas de traitement ou de vaccination efficace. S'il se répand, ce virus peut donc décimer des élevages porcins et s'accompagner de pertes économiques importantes.

"Ce virus peut se transmettre facilement d'un animal à l'autre soit par contacts étroits entre individus, soit par du matériel contaminé (matériel de transport, bottes, etc.) ou via des restes alimentaires porteurs du virus et abandonnés par l'homme", rappellent les instances compétentes, aux niveaux fédéral et régional.


La conséquence d'introduction de restes de denrées alimentaires abandonnés? 

Les dernières contaminations en Europe pourraient d'ailleurs "être la conséquence d'introduction de restes de denrées alimentaires abandonnés par des voyageurs en provenance de zones infectées" plus à l'est.

Le Service Public de Wallonie prépare les mesures de nature à éviter au maximum la dispersion des sangliers à partir de la zone infectée ainsi que les dispositions relatives à la chasse. Le Département Nature et des Forêts a quant à lui renforcé les procédures de vigilance et d'observation. Si l'on fait une découverte suspecte, il faut contacter le call-center du SPW au numéro 1718.

Vos commentaires