En ce moment
 

L'armée doit recruter des centaines de personnes: quels profils sont recherchés?

Ce jeudi, c’est le "Jobday défense et technique" au Quartier Major Housiau à Vilvoorde. Cette journée s’adresse à tous les jeunes, âgés de 17 à 33 ans, intéressés par un métier technique à la Défense.

La Défense recherche 450 techniciens pour toutes les composantes (air-terre-mer). Les métiers d'électronicien, chimiste, technicien en armement et optique, en mécanique navale, en imagerie médicale recrutent notamment. 

En 2018, l’armée recrutera 1.570 personnes dont 160 officiers, 600 sous-officiers et 810 soldats et matelots. Au total, 40% des postes de techniciens à pourvoir concernent des sous-officiers.


"Il suffit d'avoir terminé l'obligation scolaire"

Pour accéder aux métiers de la Défense, il ne faut pas nécessairement être titulaire d’un Bac ou d’un Master.

"Quelqu'un qui sort du secondaire, qu'il ait suivi l'enseignement secondaire, technique ou l'enseignement général, s'il est attiré par la technique dans le monde particulier qu'est celui de la Défense, il peut venir chez nous. On peut les former comme sous-officier ou comme soldat. Pour devenir soldat ou matelot, il ne faut même pas avoir le diplôme de l'enseignement secondaire, il suffit d'avoir terminé l'obligation scolaire",  éclaire le colonel Didier Calmant, chef de la section recrutement et sélection de la défense, au micro de Bernard Lobet pour Bel RTL.

Jason, 24 ans, a un diplôme d'éducateur. Il a pourtant engagé un procédure de recrutement pour intégrer la Défense. Pourquoi ? "L'uniforme, la fraternité, les valeurs, la camaraderie, le fait de s'entraider mutuellement, de défendre le pays", sont des aspects de la profession qui l'ont attiré.

"Mon père est magasinier à la base militaire du shape. A chaque fois, je voyais les militaires passer et ça m'a toujours donné envie de le devenir", raconte le jeune homme.


1 candidat sur 6 recalé lors des tests d'entrée

Dans son parcours de recrutement, il est déjà très avancé. "J'ai passé des tests sur l'ordinateur, il y a des tests de personnalité et médicaux", indique-t-il. 

Un candidat sur 6 se fait recaler lors des tests d'entrée pour raisons médicales. Une fois sur trois c’est pour des problèmes de dos, une fois sur six pour excès de poids.

Actuellement, un candidat au recrutement sur six est une candidate. C'est le cas d'Emilie. A 18 ans, la jeune femme veut continuer ses études à l'école royale militaire. "J'ai fait un test que j'ai réussi mais la route est encore longue", assure celle qui a pour ambition de devenir pilote.

Le Ministère de la Défense, l'un des premiers employeurs de Belgique

"J'ai pas envie d'être assise sur un bureau et de faire toujours la même chose. C'est un métier qui change chaque jour, où il faut toujours repousser ses limites. Il y a de l'aventure, on peut voyager. J'adore la Belgique, c'est un chouette pays, mais j'ai envie de voir ailleurs, pouvoir aider à ma façon et me sentir utile", narre-t-elle au micro de Bernard Lobet. 

Le Ministère de la Défense compte près de 34.000 salariés, ce qui fait de lui l'un des premiers employeurs de Belgique.

L’armée recrute des militaires à temps plein mais pas seulement, les temps partiels sont également les bienvenus. "Ce sont nos réservistes, des gens qui veulent mettre leurs compétences au service de la Défense pendant une période limitée (...) On oublie parfois que l'on recherche aussi des civils au sein de la Défense. C'est un recrutement quasi permanent", insiste le colonel Didier Calmant. 

Vos commentaires