La viande de chez Veviba avariée depuis au moins un an? La première plainte reçue en septembre 2016, 70% des produits testés non-conformes

Tout commence en septembre 2016 au Kosovo. Un ressortissant Kosovar avertit les autorités belges qu'un des conteneurs qu'il a achetés en Belgique contient de la viande avariée.

Selon le journal Le Soir, il accuse Veviba à Bastogne. Une instruction est ouverte mais ce n'est que plus d'un an après, soit début 2018, que l'Afsca, Agence pour la sécurité de la chaine alimentaire, va mener des perquisitions jusqu'à ce 1er mars.

20 contrôleurs et 40 policiers sont mis sur le coup. C'est lors de ces contrôles que les différentes infractions sont relevées. Parmi elles, la découverte de morceaux de carcasse qui n'étaient pas destinés à la consommation et qui se sont retrouvés dans la viande hachée. Sur les 2000 palettes de viande présentes chez Veviba, 200 sont analysées. Au total 133 s’avèrent non conformes, soit 70%.

Premièrement, les contrôleurs découvrent que la date de congélation mentionnée sur l’étiquette n’est pas correcte. Deuxièmement, des déchets d’origine animale comme la peau entourant la gorge de certaines bêtes auraient été introduit dans la viande hachée. Une manipulation qui pourrait être volontaire.

Un rapport sur les contrôles de l'Afsca de ces 2 dernières années a été demandé. Il devra déterminer pourquoi il a fallu attendre plus d'un an et demi entre la plainte et les perquisitions de l'Afsca à Bastogne.


"On a mis ces produits en quarantaine"

Veviba appartient au groupe Verbist qui détient 30% du marché de la viande en Belgique. L'entreprise fournissait les magasins Colruyt et Delhaize. Les deux chaînes de magasins sont directement concernées, certains produits proviennent de la salle de découpe de Veviba.

Les problèmes qui ont entraîné la fermeture du site de Bastogne concernent la viande congelée et l'américain. Donc a priori, la viande fraîche n’est pas concernée. 300 références ont été retirées des rayons de Delhaize.

"On a mis ces produits en quarantaine. On est en train de trouver une solution pour transférer certains volumes vers d’autres abattoirs qui ne font pas partie du groupe Veviba", explique Roel Dekelver, porte-parole du groupe, au micro de Caroline Haine pour Bel RTL.

Ce scandale de la viande avariée jette un froid sur toute la filière de la viande en Belgique.

Vos commentaires