En ce moment
 
 

Inutiles, inadaptés voire dangereux: ces experts attaquent en force contre les masques fédéraux

 
CORONAVIRUS

Les masques fédéraux, attendus depuis plusieurs semaines, seront disponibles dès demain dans nos pharmacies. Mais ces masques, justement, sont très critiques, y compris par des experts.

Lundi, les pharmacies belges commenceront à recevoir les masques fédéraux. Ces derniers seront à disposition du public, qui les attendait depuis plusieurs semaines. Au total, ce sont 18 millions de masques qui seront livrés. Un investissement de 37,5 millions d'euros que critiquent les experts invités ce matin sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche".

Ces derniers ont de gros doutes sur la qualité de ces masques. "J’ai entendu dire que cela ne posait pas de problème parce que c’était antibactérien, qu’il y avait des ions d’argent liés au textile", explique par exemple Bernard Rentier, Virologue et Recteur émérite de l'ULiège. "Mais un filtre antibactérien n’est pas un filtre antiviral. Une bactérie, c’est 10 à 50x plus gros qu’un virus. C’est comme si vous preniez les clôtures des moutons et que vous vous en serviez comme d’un moustiquaire, ça ne va pas !", détaille-t-il ensuite.

Vient ensuite la question du lavage. Les recommandations parlent d'une nécessite de laver à 60 degrés ou, si la machine ne le permet pas, sur le programme le plus élevé. Or, les masques fédéraux sont eux soumis à un lavage à 30 degrés, ne résistant pas aux règles d'origine. Une aberration pour Mireille Rousseaux, Directrice générale de Dutra et professionnelle du textile. "C’est très interpellant de voir que ces 30 degrés ont été acceptés par le gouvernement. Pour nous, ces nouveaux masques ne sont pas nécessaires", affirme-t-elle sans sourciller. "Même son de cloche chez Bernard Rentier. "Les 30 degrés n’inactivent aucun virus", précise-t-il d'emblée."Ce qui est gravissime, c’est de dire pendant trois mois qu’il faut faire un lavage à 60 degrés comme l’OMS le recommande et puis dire tout compte fait c’est pas grave, ce n’est pas obligatoire, mais conseillé. Je ne veux pas qu’on utilise des prétextes scientifiques pour justifier des choses scientifiquement fausses", poursuit-il ensuite.

Des interrogations sur le prix

L'autre question qui fâche concerne le prix de ces masques. La Belgique a passé commande au prix de 2,13€ par unité, mais le coup de fabrication au Vietnam, d'où provient la marchandise, est fixé à 40 centimes. Coût total: 37,5 millions d'euros.

Selon Julie Chanson, député fédérale Ecolo, il y a un vrai problème à ce niveau. "C’est une somme publique importante pour des masques dont on ne sait pas si on va ou non pouvoir les porter", déplore-t-elle. "On sait qu’ils arrivent, mais je suis très inquiète de ces masques. Ils arrivent après le déconfinement, on nous les avait promis pour le 24 mai. Je pense que c’est trop tard", détaille-t-elle enfin.

Elle dénonce aussi une sorte d'hypocrisie gouvernementale. "Je suis d’accord sur le fait qu’il y avait un climat d’urgence, on peut remercier la défense d’avoir fait quelque chose de très bien dans un délai très court. Mais au final, j’ai toute une série d’inquiétudes et de questions qui n’ont toujours pas de réponse. Je suis inquiète de cette transaction, pour la qualité des masques, de devoir le laver à 30 degrés...".

 

 

Vos commentaires