En ce moment
 

Pascal s'est fait mordre par une tique et vit avec la maladie de Lyme: "Si je suis actif un jour, le lendemain, je vais être au repos"

L'an dernier, 8.500 morsures de TIQUES ont été rapportées en Belgique. Et quand on sait que 14% de ces acariens sont infectés par la bactérie responsable de la maladie de Lyme, il y a lieu d'être prudent. A Marche-en-Famenne et à Bastogne, des panneaux de prévention et de sensibilisation ont donc été inaugurés ce matin. Simon Breem et Benjamin Van Kelst se sont rendus sur place pour le RTL INFO 13H.

"Attention tiques": voilà le message adressé par l’ASBL "Time for Lyme" via des panneaux de prévention. Ils sont placés à l’entrée de zones vertes à Bastogne et à Marche-en-Famenne. La tique peut transmettre la maladie de Lyme. Elle s’attaque au système nerveux central et entraîne des symptômes comme des infections ou une fatigue intense. "Dans mon cas, on vit à mi-temps, c’est assez bizarre comme machin, parce que ça veut dire que si je suis actif un jour, le lendemain, je vais être au repos. Ça veut dire pour quelqu'un comme moi qui est enseignant et qui adore son boulot, je suis obligé de travailler à mi-temps. Si je travaille une journée et que je me donne à fond pour mon boulot, le lendemain, c’est vraiment repos", explique Pascal Braibant, atteint de la maladie et membre de l’asbl Time for Lyme.


"Plus on fréquente les milieux forestiers, plus on a de chances de se faire mordre"

En Belgique, 14% des tiques sont infectées par la bactérie pouvant causer la maladie de Lyme. "On sait que sur cent morsures, il y a à peu près 1% de chances, ou de malchance, de transmission de la maladie. Plus on fréquente les milieux forestiers, plus on a de chances de se faire mordre par une tique", explique le docteur Trung-Nguyen Nguyen, responsable sérologie et virologie au Laboratoire national de santé du Grand-duché de Luxembourg.


"Dire que la maladie de Lyme chronique n’existe pas, à l’époque actuelle, c’est un peu comme dire que la Terre est plate"

Au total, 50 panneaux sont installés ce dimanche. Il s’agit d’une première étape vers plus de prévention mais aussi de sensibilisation à la maladie de Lyme. "Ce n’est pas reconnu en tant que maladie chronique, ce qui est inquiétant, parce qu’il y a de plus en plus de personnes atteintes, et on ne le reconnaît toujours pas. C’est comme disait je ne sais plus quel médecin, continuer à dire que la maladie de Lyme chronique n’existe pas, à l’époque actuelle, c’est un peu comme dire que la Terre est plate".

Si la tique est retirée rapidement, le risque d’infection est moins élevé. Le plus important reste donc d’inspecter son corps après une balade.

Vos commentaires