En ce moment
 
 

DIRECT Elections américaines: Joe Biden prononce son premier discours en tant que président élu

  • Joe%20Biden%20prononce%20son%20discours%3A%20%22Je%20m''engage%20%C3%A0%20%C3%AAtre%20un%20pr%C3%A9sident%20qui%20ne%20cherche%20pas%20%C3%A0%20diviser%2C%20mais%20%C3%A0%20unifier%22

  • Biden%20Pr%C3%A9sident%3A%20C%C3%A9line%20Bruneau%20est%20en%20direct%20de%20New%20York

 
 
élections usa, Joe Biden
 

Joe Biden a remporté la course à la Maison Blanche face à Donald Trump. Après quatre jours de suspense, le candidat démocrate a été annoncé vainqueur par plusieurs médias grâce à un succès dans l'Etat-clé de Pennsylvanie. Joe Biden va devenir le 46e président des Etats-Unis.

Joe Biden a promis samedi d'être le président qui unifiera l'Amérique, après quatre années de tumulte et de divisions, célébrant dans sa ville de Wilmington "une victoire convaincante" face à Donald Trump.  Quelques heures après l'annonce des résultats de l'élection, devant une foule en liesse rassemblée en "drive-in", le démocrate a appelé les Américains à ne plus traiter leurs "opposants comme des ennemis". "Je m'engage à être un président qui rassemble et non pas qui divise", a-t-il lancé lors d'un discours enflammé dans son fief du Delaware.  Elu à 77 ans président des Etats-Unis, il met fin à une séquence politique inédite qui a secoué l'Amérique et le monde.

J'ai largement gagné cette élection

Après quatre jours de suspense tendu, l'ancien vice-président de Barack Obama a franchi le seuil "magique" de 270 grands électeurs.  Donald Trump, dont le mandat s'achèvera le 20 janvier, n'a, à ce stade, pas reconnu sa défaite. Dans un message épinglé comme "trompeur" par Twitter, il a au contraire continué à revendiquer une victoire qui lui aurait été volée. "J'ai largement gagné cette élection", a-t-il martelé en lettres capitales.

Sans un mot pour son adversaire, Joe Biden a célébré sa "victoire convaincante", tout en tendant la main aux électeurs du président républicain dont il a dit comprendre la "déception". "Voyons-nous, parlons-nous", "donnons nous une chance", a-t-il insisté, sous le son des klaxons enthousiastes. Il est "temps de panser les plaies" du pays et d'en finir avec les "diabolisations".  Remerciant la "coalition large et diverse" qui a porté sa candidature, il a rendu hommage aux Afros-Américains, qui ont joué un rôle central dans sa victoire. "Ils me soutiennent toujours, comme je les soutiendrai."

Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n'ont pas voté pour moi

"J'ai fait campagne pour restaurer l'âme de l'Amérique, reconstruire la colonne vertébrale de cette nation, la classe moyenne, et faire que l'Amérique soit de nouveau respectée dans le monde", a-t-il répété.

Sans un mot pour son adversaire, l'ancien vice-président de Barack Obama a dit comprendre la "déception" des électeurs de Donald Trump, qui refuse d'admettre sa défaite. "Moi-même, j'ai perdu des élections, mais (...) il est temps de laisser de côté les rhétoriques abrasives, de faire baisser la température", a-t-il déclaré. "Je travaillerai aussi dur pour ceux qui n'ont pas voté pour moi, que pour ceux qui m'ont choisi", a encore promis ce vieux routier de la politique, âgé de 77 ans.

Première femme

Portant un masque noir, Joe Biden est arrivé en courant sur la scène de son discours de victoire, sur fond d'une chanson de Bruce Springsteen, comme pour démentir l'image de candidat vieillissant qui a pesé sur sa campagne menée en sourdine. Il sera le président le plus âgé de l'histoire des Etats-Unis au début de son mandat, en janvier. Plus de 350 voitures étaient rassemblées devant la scène, et des milliers de partisans se trouvaient à l'extérieur du grand parking où était installée la scène. Imaginés pour éviter la propagation du coronavirus, ces rassemblements ont porté le message d'un candidat qui a placé la lutte contre la pandémie au centre de son programme. Joe Biden a d'ailleurs annoncé qu'il mettrait en place dès lundi une cellule de crise sur le Covid-19. Sa colistière Kamala Harris entrera elle dans l'Histoire en devenant la première femme à accéder à la vice-présidence. Toute vêtue de blanc, en hommage aux suffragettes, elle a affirmé samedi qu'elle ne serait "pas la dernière".  La sénatrice noire de Californie a rendu hommage aux "générations de femmes", de toutes origines, qui lui ont "ouvert la voie".

Un tir de feu d'artifices a conclu la soirée, le nombre "46" s'inscrivant dans le ciel de Wilmington: Joe Biden va devenir le 46e président des Etats-Unis. Leurs familles les ont ensuite rejoints sur scène, masquées.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Trump affirme avoir gagné l'élection "de loin" sur Twitter

Donald Trump, qui briguait un second mandat de quatre ans, n'a, à ce stade, pas reconnu sa défaite. Pire: dans un tweet rageur écrit en lettres capitales, il encore revendiqué une victoire qui lui aurait été volée. "J'AI GAGNÉ CETTE ÉLECTION, DE LOIN!", a-t-il affirmé sur le réseau social.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Donald Trump se trouvait, au moment de l'annonce des résultats, dans son club de golf de Virginie, non loin de Washington. Dans un bref communiqué, il a accusé Joe Biden de se "précipiter pour se présenter faussement" en vainqueur. Arrivé vers 16h30 (heure belge) dans son club de golf, Donald Trump a regagné la Maison Blanche environ cinq heures plus tard.

Rien n'oblige le président républicain à le faire formellement, mais admettre sa défaite fait partie de la tradition à Washington. Il a dès mardi soir adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire.

A l'issue d'une campagne d'une agressivité inouïe, chamboulée par la pandémie de Covid-19, le tempétueux président de 74 ans a échoué à se faire réélire, contrairement à ses trois prédécesseurs Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton.

A la fois révélateur et amplificateur des profondes fractures de l'Amérique, il aura, pendant quatre ans, provocations et tweets à l'appui, brisé tous les codes et piétiné tous les usages.

"Soulagée" 

L'annonce de la consécration de Joe Biden a provoqué des scènes de liesse à travers les Etats-Unis.

A Washington, des milliers de personnes ont afflué vers la Maison Blanche et la Black Lives Matter Plaza, une partie de l'artère menant à la résidence présidentielle, renommée au printemps dernier pour dénoncer les violences policières contre les Africains-Américains.

"Soulagée. Très soulagée", disait Alex Norton, jeune femme 31 ans, son nourrisson dans les bras. "On sait enfin qu'on ne va pas avoir quatre ans de plus de Donald Trump!".

A New York, ville natale du président républicain, un concert de klaxons a accueilli l'annonce de sa défaite. "Je suis ravi", s'exclamait J.D. Beebe, 35 ans.

Nombre de dirigeants internationaux de premier plan ont rapidement félicité Joe Biden, renforçant l'idée que personne - ni aux Etats-Uni, ni ailleurs - ne prenait véritablement au sérieux les recours en justice engagés par l'équipe Trump.

La chancelière allemande Angela Merkel, qui a entretenu des relations difficiles avec Donald Trump, a insisté sur la relation transatlantique "irremplaçable".

L'Union européenne, malmenée par l'actuel locataire de la Maison Blanche, a formé le voeu de Charles Michel d'un "partenariat solide" avec les Etats-Unis.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui souhaitait une victoire de Donald Trump pour sa politique très favorable envers l'Etat hébreu, a aussi félicité en Joe Biden un "grand ami d'Israël", espérant "approfondir encore davantage l'alliance spéciale" entre les deux pays.

46e président de l'histoire

Barack Obama, 44e président américain, a salué samedi la victoire "historique" de son "ami".

La date de la passation de pouvoir est inscrite dans la Constitution: le 20 janvier. D'ici là, les Etats certifieront leurs résultats, et les 538 grands électeurs se réuniront en décembre pour formellement désigner le président.

Donald Trump se trouvait, au moment de l'annonce des résultats, dans son club de golf non loin de Washington.

Il a accusé Joe Biden de se "précipiter pour se présenter faussement" en vainqueur.

Rien n'oblige le président républicain à le faire formellement, mais admettre sa défaite fait partie de la tradition à Washington.

M. Trump a dès mardi soir adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire. Le tempétueux président de 74 ans a échoué à se faire réélire, contrairement à ses trois prédécesseurs Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton.

Consécration tardive

Pour Joseph Robinette Biden Jr., la consécration suprême sera arrivée tard, à l'issue d'une riche vie en politique jalonnée de tragédies.

Après avoir échoué en 1988 et 2008, puis hésité en 2016, celui qui a débuté sa carrière politique nationale au Sénat il y a près d'un demi-siècle - et connaît le fonctionnement de Washington sur le bout des doigts - s'est contenté d'apparitions limitées, en faisant à l'Amérique une promesse de calme.

Dans un contraste saisissant avec l'énergie déployée sur les estrades de campagne par Donald Trump, celui que le président a affublé du surnom moqueur de "Joe l'endormi" a parfois donné l'image d'un homme frêle, fragile. Ses discours, comme samedi soir, durent rarement plus de 20 minutes.

Il a finalement réussi son pari en remportant la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, trois Etats industriels traditionnellement démocrates que Donald Trump avait arrachés à Hillary Clinton en 2016.

Mais dans une Amérique profondément divisée, et face à un Sénat qui pourrait rester aux mains des républicains, il devra trouver le ton juste.

Au total, malgré la pandémie, la participation a atteint un niveau record dans l'ère moderne: autour de 66% des électeurs ont voté, selon le US Elections Project. Joe Biden a obtenu plus de 74,5 millions de voix, contre 70 millions pour Donald Trump.

L'ombre de la pandémie

Pour Donald Trump, entré avec fracas en politique en remportant la présidentielle en 2016 à la stupéfaction générale, cette défaite marque selon toute vraisemblance la fin de sa carrière politique.

Si la vague démocrate annoncée par certains n'a pas eu lieu, et s'il a montré qu'il disposait d'un très solide socle d'électeurs, son refus obstiné d'élargir son audience a fini par lui coûter cher.

Sa gestion de la pandémie, qu'il a sans cesse minimisée en dépit d'un lourd bilan de plus de 236.000 morts, lui a valu de vives critiques, jusque dans son propre camp. >- Amer -


Cette défaite étroite aurait aussi pu lui permettre de quitter le pouvoir en revendiquant une forme d'héritage politique.

Très amer, il a cependant choisi une autre voie, agressive. Ces derniers jours, il n'a cessé de crier à la fraude, sans apporter le moindre élément concret.

Le 45e président des Etats-Unis apparaît isolé au sein de son propre parti dans sa croisade contre un "vol" du scrutin dont il aurait été la victime.

Trump choisit l'agressivité

Cette défaite étroite aurait aussi pu lui permettre de quitter le pouvoir en revendiquant une forme d'héritage politique. Très amer, il a cependant choisi une autre voie, agressive. Vendredi, il a une nouvelle fois crié à la fraude, sans apporter le moindre élément concret.

"Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l'élection", a-t-il lancé jeudi dans une tirade brouillonne, truffée d'approximations et de contre-vérités sur le décompte en cours. Une heure avant l'annonce de la victoire de Biden, Trump tweetait encore, en lettres majuscules, avoir gagné l'élection, "DE LOIN!" selon lui.

Ses avocats ont lancé de multiples actions judiciaires avec par exemple la menace de demander un recomptage dans le Wisconsin. Les démocrates estiment les plaintes sans fondement, mais ces recours pourraient retarder de plusieurs jours ou semaines l'homologation des résultats. Dans le Michigan et la Géorgie, deux juges ont déjà rejeté des recours républicains.

Trump isolé dans son camp

Donald Jr et Eric, deux des fils du président, se sont eux lancés depuis plusieurs jours dans une campagne de désinformation pour persuader leurs troupes que des tricheries massives étaient en cours.

Mais le 45e président des Etats-Unis apparaît isolé au sein de son propre parti dans sa croisade contre un "vol" du scrutin dont il aurait été la victime.

"Le discours du président hier soir m'a beaucoup dérangé, car il a formulé des allégations très, très graves, sans aucune preuve", a dit vendredi matin le sénateur républicain de Pennsylvanie Pat Toomey.

Karl Rove, l'ancienne éminence grise de George W. Bush qui arracha lui-même la présidence en 2000 à l'issue d'une guérilla judiciaire en Floride, a d'ailleurs souligné que des fraudes sur des centaines de milliers de bulletins de vote, dans de multiples Etats, requerraient un complot digne d'un film de James Bond.

Fidèle à la posture rassembleuse adoptée depuis des mois en campagne, Joe Biden avait appelé vendredi soir au calme et à la patience, de disant certain de sa victoire. "Il est temps de nous rassembler", avait-il déclaré. "Nous devons surmonter la colère".

RÉSULTATS

Grands électeurs > BIDEN 279 TRUMP 214

Il faut un minimum de 270 grands électeurs sur les 538 à l'échelle du pays pour être déclaré vainqueur de l'élection présidentielle américaine.

Joe Biden vainqueur dans les États suivants:

(): le nombre de grands électeurs remportés

Californie (55)
Colorado (9)
Connecticut (7)
Delaware (3)
Hawaï (4)
Illinois (20)
Maine (3 sur 4)
Maryland (10)
Massachusetts (11)
Michigan (16)
Minnesota (10)
Nevada (6)
Nebraska (1)
New Hampshire (4)
New Jersey (14)
New York (29)
Nouveau-Mexique (5)
Oregon (7)
Pennsylvanie (20)
Rhode Island (4)
Vermont (3)
Virginie (13)
Washington DC (3)
Etat de Washington (12)
Wisconsin (10)

Donald Trump vainqueur dans les États suivants:

(): le nombre de grands électeurs remportés

Alabama (9)
Arkansas (6)
Caroline du Sud (9)
Dakota du Nord (3)
Dakota du Sud (3)
Floride (29)
Idaho (4)
Indiana (11)
Iowa (6)
Kansas (6)
Kentucky (8)
Louisiane (8)
Maine (1 sur 4)
Mississippi (6)
Missouri (10)
Montana (3)
Nebraska (4 et potentiellement jusqu'à 5)
Ohio (18)
Oklahoma (7)
Tennessee (11)
Texas (38)
Utah (6)
Virginie occidentale (5)
Wyoming (3)

Etats où les résultats ne sont pas encore connus:

Alaska (3)
Arizona (11) - Attribué à Joe Biden par Fox News et AP
Géorgie (16)
Caroline du Nord (15)


 

 




 

Vos commentaires